RMC Sport

Arsenal : pour Wenger, la fronde est "plus du dépit amoureux qu’un vrai mécontentement"

Arsène Wenger (Arsenal)

Arsène Wenger (Arsenal) - AFP

Le match entre Arsenal et Norwich, ce samedi (1-0), a été marqué par la contestation d’une partie du public à l’encontre d’Arsène Wenger. Le manager des Gunners comprend la frustration des supporters mais ne dramatise pas.

Ce n’est encore pas cette année qu’Arsenal remportera son 14e titre de champion d’Angleterre. Depuis 20004, les Gunners n’ont plus gagné la Premier League et cette disette commence à sérieusement agacer les supporters. Ces derniers ont d’ailleurs fait part de leur mécontentement ce samedi à l’occasion de la réception de Norwich (1-0). Et leur cible était Arsène Wenger, visé par plusieurs banderoles (« Wenger 12 ans = des excuses, Ranieri 9 mois = champions », « L’heure du changement », « Au revoir, au revoir Arsène, nous serons heureux si tu meurs en mai »).

« Je partage cette frustration »

« C’était une atmosphère assez étrange mais on doit faire avec, a déclaré après la rencontre le manager des Gunners, soutenu par une autre partie du public. Au final il y en a certains qui ont protesté, oui, mais la grande majorité ne l’a pas fait. Je pense que c’est plus du dépit amoureux qu’un vrai mécontentement. Notre boulot, c'est de faire de notre mieux. Cette saison, on espérait remporter le championnat. Cela n'est pas arrivé et c'est pour ça que les gens sont frustrés. Je partage cette frustration. L'objectif c'est de revenir l'an prochain et faire ce qu'il faut. Ces trois dernières années, le club a avancé. » Pas assez vite au goût de certains supporters.