RMC Sport

Arsenal: Wenger n'a "pas de ressentiment" mais quelques piques pour les supporters

Arsène Wenger

Arsène Wenger - AFP

Après la victoire d'Arsenal contre West Ham (4-1), Arsène Wenger s'est exprimé en conférence de presse pour la première depuis l'annonce de son départ prochain. Le futur-ex entraîneur des Gunners adresse notamment des reproches aux supporters divisés du club londonien.

Double buteur dimanche contre West Ham, Alexandre Lacazette a été très important dans la victoire d'Arsenal (4-1) en Premier League. Au micro de SFR Sport, l'attaquant est revenu sur la grosse annonce qui chamboule depuis plusieurs heures les Gunners: le départ à la fin de la saison d'Arsène Wenger après 22 années sur le banc.

"Tout le monde était choqué. On ne s'y attendait pas du tout", affirme l'ancien Lyonnais avant de poursuivre: "Ça fait partie du football. On savait bien qu'à un moment donné, il allait devoir s'arrêter. Mais on ne pensait pas que ça serait cette année. Maintenant, il faut digérer et passer à autre chose."

"C'était blessant"

En conférence de presse, l'intéressé dément toute lassitude motivant son départ. "Je n'étais pas fatigué", assure-t-il. Arsène Wenger adresse quelques reproches à propos de l'image renvoyée par des supporters divisés. "Je crois que ce club est respecté dans le monde entier, beaucoup plus qu'en Angleterre. Les supporters ne m'ont pas donné l'image d'unité que je veux dans le monde entier et c'était blessant, parce que je pense que le club est respecté. Globalement, l'image que nous avons donnée n'est pas celle (...) que j'aime."

L'Alsacien insiste: il n'a "pas de ressentiment" et ne veut "pas faire les gros titres". "Je n'ai pas de ressentiment à l'égard des supporters, mais j'ai l'impression que ma personnalité ne correspond pas à ce dont le club a besoin. Pour moi, c'est plus important que moi (son cas personnel, ndlr). Cela n'a rien à voir avec les fans, les fans n'étaient pas contents et je peux comprendre ça. C'est mon travail et je dois vivre avec ça", précise-t-il.

N.B avec AFP