RMC Sport

Benzema, son statut à Chelsea... Giroud se confie

Olivier Giroud (Chelsea)

Olivier Giroud (Chelsea) - AFP

Olivier Giroud, qui défie Brighton avec Chelsea ce dimanche en Premier League (14h30), a accordé une longue interview au Guardian. Le champion du monde français évoque sa situation à Chelsea, reparle de sa relation avec Karim Benzema et assume ses dernières ambitions en Angleterre. Extraits.

Auteur d'un coup-franc somptueux jeudi en Ligue Europa avec Chelsea (2-2), Olivier Giroud a refait parler de lui cette semaine. Aussi parce que le Grenoblois a accordé une longue interview au Guardian, dans laquelle il détaille tous les points chauds de son actualité. En voici les trois thèmes majeurs. 

Son statut de remplaçant à Chelsea

Il n'a marqué qu'une fois en Premier League, où il n'est presque jamais titulaire malgré 13 apparitions sous l'ère Maurizio Sarri. Champion du monde cet été, et donc détendu, Giroud ne s'en offusque pas... et balaye un retour plus ou moins rapide en France. "Je préfère être dans cette situation dans un grand club (remplaçant à Chelsea, ndlr), plutôt que d'être moins ambitieux et de débuter les matchs tous les week-ends dans une équipe moins prestigieuse".

A voir >> les plus beaux buts de la 6e journée d'Europa League

Une Premier League plutôt qu'une Ligue des Champions

Présent en Angleterre depuis 2012, Olivier Giroud (32 ans) n'a toujours pas gagné le championnat. C'est certainement son dernier grand objectif. "Remporter la Coupe du monde était un rêve d'enfant, il n'y a rien au-dessus de ça. Mais remporter une Premier League est mon dernier rêve de footballeur, peut-être plus qu'une Ligue des champions, parce que je sais à quel point c'est dur de remporter ce titre (en Angleterre)".

Karim Benzema, "pas mon meilleur ami"

Dernier sujet, certainement le plus sensible, celui de sa relation avec Karim Benzema, son ancien partenaire en équipe de France. S'il assure qu'il n'a jamais eu de souci avec le Madrilène, le Grenoblois concède que la Une de l'Equipe (le Mal Aimé) avant l'Euro 2016 lui avait le plus grand mal. "Cela a été la fois la plus plus rude. Je n'ai jamais eu de problèmes avec Karim, même s'il n'est pas mon meilleur ami, et on a toujours passé de bons moments en équipe nationale. Mais les gens nous ont décrit comme rivaux. Les fans m'en ont voulu: pas à cause de mon apport sur le terrain, mais parce que Benzema n'était pas là et que moi oui. Le coach (Didier Deschamps) m'a soutenu parce que c'était une injustice."

dossier :

Karim Benzema

PL