RMC Sport

Chelsea: Mourinho calme le jeu avec Carneiro

José Mourinho et Eva Carneiro

José Mourinho et Eva Carneiro - AFP

Interrogé ce vendredi sur l’incident qui l’a opposé à Eva Carneiro la semaine dernière contre Swansea (2-2), José Mourinho a essayé d’éteindre la polémique. Si la médecin ne sera pas sur le banc de Chelsea ce dimanche contre Manchester City (17h), elle pourrait y revenir au cours de la saison.

José Mourinho est toujours très attendu en conférence de presse. Mais le Portugais ne l’a peut-être jamais été autant depuis son retour à Chelsea il y a un peu plus de deux ans. Moins d’une semaine après l’incident lors du match face à Swansea (2-2) qui l’a poussé à écarter Eva Carneiro, l’une des médecins du club, « The Special One » a fait face à une salle comble. « J’espère que cette salle est pleine parce que les champions vont jouer contre l’ancien champion, parce que nous aurons, espérons-le, un grand match dimanche », a d’abord déclaré Mourinho, conscient que les discussions tourneraient autour des dures critiques, et même des insultes, qu’il avait adressées à Carneiro, coupable à ses yeux d’être entrée sur le terrain pour soigner Eden Hazard alors que celui-ci n’en avait pas besoin.

« Tout d’abord, je tiens à dire que j’ai un staff médical fantastique dirigé par le Dr Paco Biosca, avec plus d’une douzaine de professionnels. J’ai une très bonne relation avec eux et, comme ils me le disent tout le temps, ils n’ont jamais été autant félicités que lors des dernières années, a indiqué l’entraîneur des Blues. Je les félicite beaucoup. Nous avons des désaccords pendant cette période. Mais nous avons besoin de désaccords pour progresser. Nous travaillons ensemble. » 

« Je suis ouvert au dialogue, aux critiques »

Interrogé sur sa décision de priver Eva Carneiro de banc de touche pour le choc contre Manchester City dimanche, Mourinho a trouvé une explication rationnelle. Et assuré que cette situation n’était certainement que provisoire. « Pour certaines personnes, c’est important d’être sur le banc. Pour d’autres, non. C’est ma décision. Du staff médical, seuls deux membres peuvent aller sur le banc et il y a plus de douze personnes. Le Dr Ferne et le Dr Carneiro ne seront pas sur le banc, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne le seront pas pour le reste de la saison. »

Quant à ses insultes à l’encontre de la fautive, captées par les caméras de Sky Sports, l’entraîneur des Blues a plaidé l’émotion et le stress dus au match. « Ce jeu est émotionnel pour chacun de nous. Le football, c’est le football. Le match, c’est le match. Tout peut être différent après le match, a-t-il expliqué. Si quelqu'un pense qu'un désaccord entre deux membres du personnel médical et le manager peut affecter la semaine, c’est qu’il n’a pas la moindre idée de ce qu’est le football. J’ai une relation fantastique avec tous les gens qui travaillent avec moi. Je suis ouvert au dialogue, aux critiques. Comme certaines personnes du staff médical l’ont dit hier (jeudi), nous progressons ensemble. »