RMC Sport

Coronavirus: Boris Johnson refuse la requête de Rashford pour les repas gratuits

Boris Johnson, Premier ministre britannique, a rejeté la requête de Marcus Rashford de maintenir les bons-repas mis en place pendant le confinement pour les enfants en difficulté.

La vibrante lettre de Marcus Rashford auprès des parlementaires anglais n'a pas eu l'effet escompté. Le Premier ministre Boris Johnson a en effet annoncé la fin du programme de bons-repas mis en place au début du confinement pour venir en aide aux enfants dans le besoin. Celui-ci s'arrêtera à la fin de l'année scolaire. 

"Le Premier ministre comprend les problèmes auxquels sont confrontées les familles à travers le Royaume-Uni, c'est pourquoi la semaine dernière, le gouvernement a annoncé un montant supplémentaire de 63 millions de livres sterling (70 millions d'euros) pour les autorités locales au profit des familles qui ont du mal à acheter de la nourriture et d'autres produits essentiels, a indiqué le cabinet de Boris Johnson. Le Premier ministre répondra à la lettre de Marcus Rashford dès qu'il le pourra - il a utilisé son profil de manière positive pour mettre en évidence des problèmes très importants."

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

Rashford ne s'avoue pas vaincu

"Le gouvernement a adopté une approche économique du 'quoi qu'il en coûte' et je vous demande aujourd'hui d'étendre cette même approche pour protéger tous les enfants vulnérables à travers l'Angleterre", avait-il écrit dans une lettre ouverte, dimanche. "Sans la gentillesse et la générosité de la communauté, il n’y aurait pas le Marcus Rashford que vous voyez aujourd’hui: un homme noir de 22 ans qui a la chance de faire une carrière dans un sport qu’il aime", avait-il ajouté. 

Malgré le refus du gouvernement, l'attaquant de Manchester United a promis de ne pas abandonner son combat. "Nous ne sommes pas encore battus, restons forts pour les 200.000 enfants qui n'ont pas mangé aujourd'hui et retweetons #maketheUturn." Ce poste a été retweeté 13.000 fois dans l'heure qui a suivi son envoi, sa lettre initiale étant appréciée par plus de 170.000 personnes.

NC