RMC Sport

Coronavirus: "Jouer Liverpool-Atlético était criminel", les mots forts de Klopp à Ancelotti

L'entraîneur d'Everton Carlo Ancelotti est persuadé que la crise sanitaire liée au coronavirus va changer le monde du football. Mais à l’heure actuelle, le ballon rond reste la dernière de ses préoccupations. Il a également rapporté des déclarations fortes de Jürgen Klopp.

"Nous vivons tous une vie à laquelle nous n’étions pas habitués et qui nous changera profondément." Depuis Londres où il assiste impuissant à la crise sanitaire qui touche l’Angleterre de plein fouet, Carlo Ancelotti se recentre sur l’essentiel. "Aujourd’hui, c’est la santé qui est la priorité, limiter la contagion, déclare-t-il au Corriere dello Sport. Tout le reste est secondaire. La reprise du championnat, la fin, les dates, les promesses, les espoirs… croyez-moi, je m’en moque, c’est le cadet de mes soucis. J’entends parler de réduction de salaires, de suspension des paiements. Toutes ces solutions me paraissent obsolètes, intempestives."

"Ce sont des conneries !"

Ancelotti pressent cependant que le football s’en trouvera bientôt bouleversé. "L’économie du football va bientôt changer, et à tous les niveaux, assure-t-il. Les droits TV vont valoir moins d’argent, les footballeurs et les entraîneurs gagneront moins. Les billets coûteront moins cher car les gens auront moins d’argent. Il faut s’attendre à une diminution générale." "Klopp (Liverpool) m'a dit qu'avoir disputé Liverpool-Atlético de Madrid (le 11 mars en 8es de finale retour de la Ligue des champions) dans ces conditions était un acte criminel. Je pense qu’il avait raison", a-t-il encore révélé.

S’il n’est pas pressé de retrouver les terrains au vu de l’urgence de la situation, le coach des Toffees est persuadé que la reprise de la compétition ne présentera pas la moindre difficulté: "Le football est la dernière de me préoccupations, si on peut finir la saison, c'est bien, sinon, amen. Ce sont des conneries de dire qu'il faudra trois semaines de préparation. C'est une blague. La préparation est un faux mythe. L'été, après huit jours, on est déjà en voyage en Orient ou aux États-Unis. On s'entraîne en jouant. L'important est que la date de reprise soit la même pour tous."

QM