RMC Sport

Le Premier League met un premier coup d’arrêt à Newcastle

Les clubs de Premier League se sont réunis lundi pour empêcher Newcastle de conclure des accords de sponsoring lucratifs avec des entreprises liées aux nouveaux propriétaires saoudiens du club, selon The Guardian et Associated Press.

Les clubs de Premier League se sont réunis en urgence lundi soir pour contrer les premiers agissements des nouveaux dirigeants de Newcastle. Selon des sources de l’agence Associated Press et Guardian, ils ont empêché d'entrée les Magpies de conclure des sponsorings lucratifs avec des entreprise liées aux nouveaux propriétaires saoudiens du club. Le gel d'un accord commercial a été voté par 18 clubs. Newcastle s’y est évidemment opposé alors que Manchester City s'est abstenu.

Les équipes de l’élite anglaise craignent que Newcastle n'utilise des accords de sponsoring amicaux avec des parties liées pour l'aider à se conformer aux règles de fair-play financier qui sont en place pour empêcher les clubs riches de dépenser sans contrôle. En vertu des règles de la ligue, les clubs sont autorisés à subir des pertes de 105 millions de livres (144 millions de dollars) sur une période de trois ans.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Premier League

Newcastle est devenu, la semaine dernière, le deuxième club de Premier League à appartenir à un Etat après avoir été racheté par le fonds souverain d'Arabie saoudite. Le Fonds d'investissement public (FIP) a fourni à la ligue des garanties juridiquement contraignantes assurant que le royaume ne possède pas le club. Le vote des clubs lundi empêche Newcastle d'apporter immédiatement un parrainage lié au PIF tandis qu'un groupe de travail de la ligue travaille sur de nouvelles réglementations à plus long terme.

Avant Newcastle, Manchester City – racheté par le cheikh Mansour d'Abou Dhabi en 2008 - s’est déjà retrouvé dans le collimateur pour ce même genre de soupçons après avoir conclu des accords avec des sociétés liées à l'émirat, comme Etihad Airways ayant les droits de dénomination du stade et apparaissant sur les maillots des équipes. City s’est toujours défendu en assurant payer la juste valeur marchande plutôt que des frais gonflés pour le parrainage afin de générer des revenus permettant au club de se conformer à la réglementation financière.

NC