RMC Sport

Leicester: Claudio Ranieri viré, l’Angleterre du foot choquée

Claudio Ranieri

Claudio Ranieri - AFP

Jeudi soir, les propriétaires thaïlandais  de Leicester ont pris la décision de licencier leur entraîneur Claudio Ranieri, à la surprise générale.  Nommé manager de l’année par la Fifa en janvier, il était l’artisan de la conquête historique du titre l’an passé en Premier League. Le football anglais n’en revient pas.

Nommé en 2015, « le bricoleur », comme on le surnommait à Chelsea prend la tête d’une équipe de Leicester vouée à jouer le maintien. Mais les matchs s’enchaînent, Leicester ne faiblit pas et remporte le championnat grâce à une équipe soudée autour de joueurs comme Vardy, Mahrez et Kante. Claudio Ranieri, le coach à la réputation de loser est nommé manager de l'année par la FIFA en décembre 2016.

Seulement 17e en championnat

D’après The Sun, les relations entre le coach italien et certains cadres du vestiaire se sont dégradées entraînant une baisse des résultats et finalement le limogeage de l’entraîneur.

Actuellement, les Foxes pointent à la 17e place en championnat, aux portes de la relégation, mais sont toujours dans le coup en Ligue des champions.

A lire aussi >> Leicester: Mancini pas chaud pour remplacer Ranieri

"Garde le sourire, ami"

L’ancien attaquant du club Gary Lineker a résumé en un mot sur twitter le sentiment général : « Dégoûtant ». Sur la BBC il a déclaré "avoir versé une larme pour Claudio".

Claudio Ranieri a aussi reçu le soutien de José Mourinho : "Champion d'Angleterre et manager FIFA de l'année. Viré. C'est le nouveau football Claudio. Garde le sourire, ami. Personne ne pourra effacer l'histoire que tu as écrit."

« Le règne s’achève de façon cruelle et brutale », commente le The Guardian.

Dans le monde du football anglais, les seuls à ne pas s'être manifestés, ce sont finalement les joueurs de Leicester.

A lire aussi >> Claudio Ranieri viré à cause des cadres du vestiaire de Leicester ?

A lire aussi >>Klopp associe le limogeage de Ranieri au… Brexit et à Trump!

Arthur Asquin