RMC Sport

Les salaires hallucinants des joueurs et du personnel de la D2 anglaise

Les clubs de Championship (D2 anglaise) et des divisions inférieures versent des salaires hallucinants, selon le Daily Mail, qui s'est procuré un document transmis à la Ligue anglaise.

Le Daily Mail s'est procuré un rapport de 80 pages de la La ligue de football anglaise (EFL) qui demande chaque année aux clubs (situés en-dessous de la Premier League) de lui indiquer les salaires des joueurs et des membres des staffs. Sans surprise, ceux-ci sont exorbitants et dessinent largement deux mondes différents selon les équipes, qui ne sont pas précisément nommées mais désignées sur leur situation géographique. Sur les 24 pensionnaires du Championship (dont Leeds est leader), six n'ont pas répondu mais la moyenne dégagée est incroyable. 

Sur les 18 clubs, le salaire moyen des joueurs est de 1,7 million d'euros par saison, soit plus de 33.000 euros par semaine. Le joueur le mieux payé du championnat émarge à plus de 4 millions d'euros par an pour l'année 2019-2020. Soit dix fois plus que le joueur le mieux payé d'un autre club. Tous ces chiffres ne comptent pas les bonus, ni primes. 

64.000 euros par an pour le responsable des équipements

Dans cette collection de chiffres fous, ceux des membres du staff n'échappent pas à la la règle. La moyenne des salaires des managers atteint ainsi le million d'euros. Au cas par cas, le Daily Mail révèle qu'un entraîneur des gardiens touche 200.000 euros par an dans club. Cela touche les fonctions les moins importants comme ce responsable des équipements d'un club touché le salaire très enviable de 64.000 euros par an (près de 5.400 euros par mois). 

Un million d'euros en D3!

Les championnats inférieurs ne sont pas en reste. Un joueur d'un club de League One (3e division) touche près d'un million d'euros par an. Le record monte à 270.000 euros en League 2 (4e division). Les différences sont énormes avec un joueur émargeant à 15.000 euros par saison en Championship (1.250 euros/mois). Ces chiffres exorbitants mettent les clubs les plus dépensiers dans une situation périlleuse avec la crise du coronavirus qui provoque l'arrêt des revenus. 

NC