RMC Sport

Liverpool champion sur un plateau : le dernier bluff de Mourinho

-

- - -

Jamais avare d’une bonne sortie, José Mourinho a déclaré mardi soir qu’il envisage de faire tourner son effectif en vue du match retour de C1. Et donc aligner une équipe de « kids » dimanche face aux Reds.

« Il veut se faire virer et prendre la succession de Moyes à Manchester United ». Un peu paranoïaques, certains observateurs de Chelsea ont poussé très loin l’analyse de la dernière sortie de Mourinho. Et si leurs conclusions semblent un poil exagérées, il demeure indéniable que le Portugais a encore fait fort.

Après le nul 0-0 arraché mardi soir à l’Altético Madrid, le manager de Chelsea s’est en effet présenté devant les micros en zone mixte et, plutôt que de passer trop de temps à expliquer qu’il n’était pas venu jouer le nul (il s’y est quand même essayé, cela dit), le « Special One » a confié, l’air de rien, que le choc de dimanche contre Liverpool se ferait avec une équipe londonienne composée de petits jeunes, de « kids » comme il les appelle. La raison ? La programmation du match retour de C1 face aux hommes de Diego Simeone prévue mardi, et un calendrier de Premier League qui ne lui offre que très peu de temps de repos.

Manchester City, grand perdant du bluff de Mourinho

« Nous sommes le seul représentant anglais encore en course. L’Espagne en a quatre et leur donne toutes les conditions nécessaires au succès, s’est plaint Mourinho. Je sais ce que je devrais faire. Je devrais aligner les joueurs qui ne joueront pas mercredi prochain. Ma priorité est la Ligue des champions. Mais je ne suis pas le club. Je dois leur parler d’abord. »

Et si Mourinho titularise dimanche un onze en accord avec ses déclarations et perd le match, le vrai vaincu pourrait en fait s’appeler Manchester City. Car les Citizens ont encore une chance d’être champions à la différence de buts s‘ils gagnent contre Crystal Palace (dimanche) et que Liverpool perd. Chance qui disparaitrait quasiment intégralement si les Blues arrivent amoindris à Anfield.

Une décision à prendre avec Abramovitch et le Board

Mais Jose osera-t-il ? Pourra-t-il vraiment ainsi défier la Premier League ? Quelle soit ou non justifiée, sa critique du calendrier peut-elle le pousser à fausser le championnat ? Lui-même ne le sait peut-être pas encore, car il semble avoir eu l’intelligence de se tisser un joli filet de sécurité en impliquant le reste de l’organisation de Chelsea. « Je ne peux pas prendre cette décision tout seul, je dois écouter le club. (…) Roman (Abramovitch) et le Board…. Tout le monde est au-dessus de moi. Je travaille pour eux et je ferai ce que le club décide. Je ne suis qu’une pièce (du puzzle, ndlr). L’entraîneur, rien de plus ».

Comprendre que s’il ne franchit pas le Rubicon symbolique que serait la titularisation d’une équipe de minots à Liverpool (face aux possibles futurs champions d’Angleterre, à qui il volerait donc un peu de légitimité), le « Mou » pourra, sans mot dire, justifier son non-passage à l’acte par une interdiction hiérarchique. Mieux, si l’Atlético le sort de la C1, l’excuse est elle aussi toute prête : les joueurs n’ont pas pu se reposer. Premier League et Ligue des champions, n’ont pas encore rendu leurs verdicts, mais Mourinho s’en fiche. Il a déjà livré le sien.

A lire aussi : >> Moyes : les coulisses d'une éviction >> Et Mourinho tua le spectacle >> Atlético-Chelsea : une première depuis 5 ans

Raphaël Cosimano