RMC Sport

Liverpool : Sakho ne demande pas la contre-expertise

Après un contrôle antidopage positif dû à un brûleur de graisse, Mamadou Sakho a décidé de ne pas demander la contre-expertise de l’échantillon B. Le défenseur français de Liverpool espère une sanction clémente mais les chances de le voir disputer l’Euro se sont sans doute définitivement envolées.

Mamadou Sakho en reste là pour l’instant. Selon l’entourage de Liverpool et la presse anglaise, le défenseur des Reds a décidé de ne pas demander la contre-expertise de l’échantillon B à la suite de son contrôle positif à un brûleur de graisse, après le 8e de finale retour de la Ligue Europa le 17 mars dernier sur la pelouse de Manchester United.

Mis à l’écart par son club, avec son accord, Sakho espère faire reconnaître des « circonstances atténuantes » auprès de l’UEFA, qui prononcera la sanction. Un procédé similaire à celui employé par Kolo Touré, qui avait été suspendu six mois en 2011 après avoir emprunté un produit amincissant appartenant à sa femme et qui contenait un composant interdit par l’Agence mondiale antidopage.

Il risque jusqu’à deux ans de suspension

Selon la procédure habituelle, lorsque le contrôle positif est confirmé, l'UEFA ouvre un cas disciplinaire. La commission de discipline demande ensuite au joueur de s'expliquer par écrit et, après étude du dossier, une sanction est prononcée. Mamadou Sakho, qui risque jusqu’à deux ans de suspension, a donc sans doute fait une croix définitive sur sa participation à l’Euro 2016.