RMC Sport

Manchester United: Martial veut prolonger... même si Mourinho reste

Après des mois de négociations voire de tensions, Anthony Martial souhaiterait finalement prolonger son contrat avec Manchester United. Y compris si José Mourinho, avec qui l'ancien Monégasque semble mieux s'entendre, poursuit son aventure mancunienne.

Les relations entre Anthony Martial et José Mourinho se sont un peu réchauffées ces dernières semaines. A tel point que l’attaquant français a désormais envie de rester à Manchester United... même si le technicien portugais reste. Auteur d'un doublé samedi lors du match nul des Red Devils à Chelsea (2-2), l'ancien Monégasque semble avoir changé d'avis.

Anthony Martial est sous contrat avec le club jusqu’en juin 2019, avec une option d’un an supplémentaire qui peut être levée si chaque partie donne son accord. Manchester United souhaite le prolonger. Jusque-là, le joueur de 22 ans, mécontent de son manque de temps de jeu, avait refusé les appels du pied mancuniens. Mais il souhaite désormais s'inscrire dans la durée à Old Trafford. 

Une volonté de Woodward

Manchester United devrait très bientôt faire une nouvelle offre de prolongation de contrat à l’ancien Monégasque, avec à la clé une belle augmentation de salaire (il pourrait toucher entre 150.000 et 200.000 euros par semaine). Ed Woodward, le patron du club, est un grand fan du Français et ne veut absolument pas qu’il parte.

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport

L’international français a impressionné José Mourinho, son staff et ses partenaires à l’entraînement ces dernières semaines. Il sera de nouveau titulaire mardi, en Ligue des champions contre la Juventus (21h sur RMC Sport).

Merci Sanchez?

Depuis septembre 2015 et son arrivée au club, aucun joueur de Manchester United n’a marqué autant de buts que Martial toutes compétitions confondues (40 en 145 matchs). Mais sous Mourinho ces deux dernières saisons, le Français faisait figure de remplaçant de luxe... La méforme actuelle d'Alexis Sanchez aura participé à rebattre les cartes. 

J.L