RMC Sport

Manchester United s’offre une incroyable remontée et sauve (probablement) Mourinho

Mené 2-0 à vingt minutes du terme par Newcastle, Manchester United a renversé la vapeur dans une fin de match de folie pour renouer avec la victoire (3-2). Et Mourinho, en grande difficulté avant la rencontre, s’est donné un peu d’air.

Le poing serré au coup de sifflet final, le regard ultra déterminé, José Mourinho glisse quelques "mots doux" à la caméra, et savoure. Enfin. Dans une position plus que délicate avant la réception de Newcastle, 19e de Premier League, le Special One a vu ce samedi Manchester United renouer avec le succès (3-2) au terme d’un match complètement fou, dans lequel les Red Devils sont passés par toutes les émotions.

Menés 2-0 au bout de dix minutes - une première à domicile dans leur histoire - les Mancuniens, tétanisés par la pression, ont passé une grande partie de la rencontre à courir après le score. D’abord en vain, butant systématiquement sur la défense des Magpies et sur un bon Dubravka, jusqu’à… jusqu’à ce la magie opère.

La lumière est venue du banc

C’est d’abord Juan Mata qui a permis de réduire le score sur coup franc à la 70e, avant qu’Anthony Martial, inexistant jusque-là, ne conclue un beau mouvement avec Paul Pogba pour le 2-2 (76e). Et alors qu’Old Trafford poussait de toutes ses forces dans les dernières minutes, le très décrié Alexis Sanchez, comme un symbole, est venu offrir les trois points à United (3-2, 90e), après quatre matchs de suite sans la moindre victoire.

Une réaction qui a forcément donné des ailes au Special One, plutôt heureux dans son coaching, Mata et Sanchez étant entrés en cours de match. "Ce ne sont pas les changements qui ont fait la différence, c’est la mentalité, la manière de s’engager, s’est réjoui Mourinho, à chaud, au micro de BT Sport. L’important ce n’est pas moi, ce ne sont pas les joueurs, c’est le club. Et aujourd’hui, ils ont tout donné pour lui."

"J'espère que la chasse à l'homme s'arrêtera"

C’est pourtant le technicien portugais, comme souvent ces dernières semaines, qui était ce samedi au centre de l’attention. Accueilli plutôt chaleureusement par le public d’Old Trafford au coup d’envoi - on a vu plusieurs pancartes de soutien dans les tribunes - Mourinho, toujours aussi bon acteur, a d’abord voulu la jouer décontracté, n’hésitant pas à arroser la caméra de la réalisation en pénétrant la pelouse.

A 2-0 pour la bande à Benitez, le Mou s’est pourtant fermé comme une huître, frappé par une colère froide, presque une sorte de résignation. Et puis forcément, lui aussi a fini par se réveiller dans les vingt dernières minutes, pris dans un tourbillon d’adrénaline, remonté comme une pendule. Sa zone technique est devenue une scène de stand-up, et le spectacle s'est poursuivi après la rencontre.

"Un ami me disait ce matin, 's'il pleut à Londres, ce sera ta faute, s'il y a des problèmes avec le Brexit, c'est aussi de ta faute'. A 55 ans, c’est la première fois que je vois une telle chasse à l’homme, a-t-il lâché en direction de ses détracteurs. C’est la vie que j’ai choisie, mais j’espère que la chasse s’arrêtera." C’est reparti pour un tour...

CC