RMC Sport

Pourquoi Tottenham-Arsenal est LE tournant de la saison

Harry Kane au duel avec Per Mertesacker

Harry Kane au duel avec Per Mertesacker - AFP

S’il n’oppose, finalement, que le deuxième au troisième de Premier League, le derby de Londres entre Tottenham et Arsenal ce samedi (13h45) sera déterminant à plus d’un titre… Car le perdant pourrait bien dire adieu à ses ambitions de sacre tandis que le résultat final fera peut-être les affaires de Leicester.

Parce que c’est peut-être la dernière chance de Wenger…

Pas sûr que les supporters d’Arsenal, quasiment éliminé en Ligue des champions, lui pardonneraient une troisième défaite consécutive en championnat, surtout si elle a lieu contre Tottenham et qu’elle les prive du titre de champion d’Angleterre. Arsène Wenger jouera gros samedi (13h45) sur la pelouse de White Hart Lane. Les deux défaites face à Manchester United (3-2) et Swansea (1-2), ont laissé les coudées franches à Leicester. De quoi faire perdre patience aux supporters d’Arsenal, qui ont même demandé la démission de l’Alsacien. Même Thierry Henry n’a pas manqué de mettre la pression sur son ancien coach. « Je n’ai jamais vu les supporters aussi en colère » a confié la légende vivante d’Arsenal dans le Sun. Ce à quoi Wenger a répondu en conférence de presse : « Thierry Henry a ses opinions. Mais il ne mesure vraiment pas la colère des supporters, de 60 000 personnes, parce qu’il s’assoit aux meilleures places du stade. » Jolie passe d’armes entre les deux hommes mais qui ne trahit qu’une seule chose : Arsenal sera sous haute pression samedi. Et son manager encore plus.

… et une occase en or pour Tottenham

Cinquante-cinq ans, c’est long. Très long. C’est surtout le laps de temps qui s’est écoulé depuis le dernier titre de champion d’Angleterre de Tottenham. C’était en 1961… Une sacrée parenthèse que Mauricio Pochettino et ses hommes comptent bien refermer une fois pour toutes. Il faudra pour cela battre le voisin honni, qui ne se présentera pas dans sa meilleure forme samedi, avec les forfaits sur blessure de Petr Cech et Laurent Koscielny et la méforme persistante d’Alexis Sanchez et d’Olivier Giroud, qui reste sur dix matches sans marquer. « Pour nous, il n’est pas important de se concentrer sur notre adversaire, on se concentre sur nous, a confié Pochettino. Nous voulons les trois points pour nous, pas pour faire mal à l’équipe adverse. » On n’est pas obligé de le croire, d’autant que les supporters des Spurs, eux, penseront autrement. Ces derniers n’auront pas manqué de relever que leurs protégés n’ont perdu qu’un seul de leurs sept derniers chocs à domicile en championnat (quatre victoires, deux nuls) face à Arsenal (défaite 1-0, le 16 mars 2014). Et contrairement à la défaite à West Ham, le petit prodige international Dele Alli pourrait bien débuter le match.

Parce qu’il y aura du spectacle et des buts

Oui promis-juré, ça va scorer entre Tottenham et Arsenal. Pourquoi ? Parce que le totem défensif des Gunners, Petr Cech, ne sera pas là. Et que David Ospina, sur les cinq matches qu’il a eu à disputer cette saison, s’est montré moins décisif, avec seulement une clean-sheet. Mais aussi parce qu’Arsenal et Tottenham marquent beaucoup de buts cette saison en championnat (respectivement 44 et 49 buts) et qu’ils en concèdent pas mal aussi (28 pour les Gunners, 22 pour les Spurs, meilleure défense du championnat). Surtout, la dernière confrontation entre les deux équipes, remportée par Arsenal en League Cup, avait accouché de trois buts (2-1).

Parce que ce match peut rapporter gros à Leicester

Samedi, en fin d’après-midi, Claudio Ranieri et ses hommes sauront. Si Arsenal est redevenu une menace pour le titre et a grignoté son retard. Ou si Tottenham se sera momentanément emparé du fauteuil de leader. En déplacement en fin de journée sur la pelouse de Watford (18h30), Leicester saura surtout s’il peut griller un joker ou non. Un nul ferait les affaires des Foxes et leur permettrait de prendre le large, en cas de succès au Vicarage Road Stadium. Une défaite d’Arsenal éloignerait ces derniers du titre et permettrait à la bande à Jamie Vardy de compter un opposant au moins. Une victoire des Gunners risquerait, qui sait, de briser la dynamique de Tottenham. Mais elle maintiendrait toujours Leicester à une distance respectable de ses adversaires… et lui laisserait l’opportunité de pouvoir quand même faire le trou en tête. A condition de gagner, bien sûr, pour que le week-end soit bon quoi qu’il arrive.