RMC Sport

Qui était Vichai Srivaddhanaprabha, propriétaire de Leicester décédé dans un crash d'hélicoptère?

Propriétaire de Leicester depuis 2010, l'homme d'affaires thaïlandais Vichai Srivaddhanaprabha est décédé samedi à l'âge de 61 ans. Son hélicoptère s'est écrasé à côté du King Power Stadium après la rencontre de Premier League entre les Foxes et West Ham, juste après le décollage. Il restera comme l'un des hommes-clé du sacre surprise du club en 2016.

L'après-match entre Leicester et West Ham (1-1), samedi lors de la dixième journée de Premier League, a tourné au cauchemar. Le propriétaire des Foxes, Vichai Srivaddhanaprabha, est mort à 61 ans dans le crash de son hélicoptère, à côté du King Power Stadium. Quatre autres personnes ont perdu la vie. Selon les médias anglais, le véhicule a perdu le contrôle quelques secondes après le décollage avant de s'écraser sur le parking du stade. Le nom de Vichai Srivaddhanaprabha restera à jamais associé à l’histoire de Leicester, qu’il avait racheté en 2010 et porté au titre de champion d’Angleterre en 2016.

Milliardaire et homme d'affaires thaïlandais ayant fait fortune dans le commerce duty free, il avait acquis le club pour environ 50 millions d’euros lorsqu’il évoluait en deuxième division. Quatre ans après son rachat, en 2014, Leicester faisait déjà son retour dans l’élite. Pour y parvenir, Srivaddhanaprabha avait misé sur une stratégie visant à injecter plusieurs dizaines de millions d'euros, mais sans réaliser de grand coup d'éclat sur le marché des transferts.

Champion d'Angleterre surprise en 2016

"C'est un homme d'affaires prospère, qui s'est battu pour obtenir ce qu'il possède. Il y a seulement deux ou trois ans, il a expliqué qu'il voulait que l'équipe fasse de bons résultats en Premier League, et voilà, nous y sommes", expliquait à l’AFP, en 2016, son fils Aiyawatt, que Srivaddhanaprabha avait nommé à la vice-présidence des Foxes. Sous son règne, Leicester aura donc réalisé l’un des plus grands exploits du football professionnel en soulevant la Premier League pour la première fois de son histoire, en 2016, au nez et à la barbe des cadors.

Un exploit que personne n’avait vu venir, les bookmakers donnant Leicester vainqueur à 5 000 contre 1 au début de la saison 2015-2016. Pour Aiyawatt, cette success story reposait sur des valeurs traditionnelles. "C'est la culture thaïe. Nous gérons cela comme une famille", avait-il confié à Reuters il y a deux ans. Fervent bouddhiste, Srivaddhanaprabha n’hésitait pas à faire venir à Leicester des moines thaïlandais chargés de bénir les joueurs, les vestiaires et le stade.

Il payait des tournées aux supporters

Malgré sa réussite, Srivaddhanaprabha savait conserver sa simplicité. Un soir de match contre Southampton, le 3 avril 2016, il avait ainsi offert des beignets et des bières aux 32.000 supporters présents dans les travées du King Power Stadium, pour les remercier de leur fidélité. Il avait régalé ses supporters de la même manière en mai 2014 pour la montée en Premier League, en mai 2015 pour le maintien et en décembre 2015 pour la belle première partie de saison réalisée par les Foxes.

Au-delà du football, Srivaddhanaprabha était également connu pour son amour du polo. Il avait ainsi adhéré à vie au Ham Polo Club de Londres, fréquenté par la famille royale britannique, et avait fait l’acquisition d’une écurie de chevaux. Très discret et peu enclin à s’épancher dans les médias, Srivaddhanaprabha était simplement rattrapé par un brin d’extravagance à la fin des matchs de Leicester à domicile. Il avait pour habitude de quitter le King Power Stadium en hélicoptère depuis le rond central.

la rédaction