RMC Sport

Portugal: Rami en larmes après le maintien de Boavista

Pour sa première saison avec le Boavista, Adil Rami est parvenu ce mercredi à réussir son objectif: maintenir le club en Liga NOS. À l’issue de la rencontre décisive, le champion du monde a fondu en larmes, remerciant notamment le club de Porto de l’avoir relancé.

"J'ai la chance d'avoir déjà été champion du monde et d'avoir remporté la Ligue Europa. Je ne suis ni Portugais ni du Boavista, mais j’ai appris à connaître le club et le cœur des supporters". Adil Rami a eu des mots forts pour son équipe actuelle, quelques instants après avoir obtenu son maintien dans l’élite du football portugais.

"J'ai pu aider l'équipe, mais Boavista m'a aussi beaucoup aidé"

Ce jeudi soir, le Boavista ne devait pas perdre sur le terrain de Gil Vicente pour rester en Liga NOS. Menées à la pause, les Panteras ont renversé la situation en seconde période et s’en sont sorti grâce un doublé de Yusupha Njie. Au plus grand soulagement de Rami, qui découvrait cette saison le championnat portugais, où il aura passé une majeure partie du temps dans la zone de relégation.

"Ce fut une année difficile pour moi, je viens de faire un an sans jouer et j'ai eu beaucoup de blessures, mais Luís Campos a montré beaucoup de confiance en moi, confie l’ancien marseillais au coup de sifflet final, dans des propos relayés par Record. Heureusement j'ai pu aider l'équipe, mais Boavista m'a aussi beaucoup aidé. Je remercie Luís Campos, Boavista et ma famille".

Des échecs en Turquie et en Russie

Adil Rami était arrivé à Boavista l’été dernier pour se relancer après des longs mois de galère. Depuis son départ de l’OM à l’été 2019, après une dernière saison délicate en Provence, le champion du monde avait connu deux expériences malheureuses en Turquie et en Russie.

À Fenerbahce, le consultant de Top of the Foot ne dispute que 7 matchs et quitte le club à la mi-saison. Pour rejoindre Sotchi, avec qui cela se passera encore moins bien: une blessure, un arrêt provisoire du championnat qui arrive rapidement puis une saison finalement achevée sans avoir pu porter le maillot de l’équipe russe.

L'arrivée en Liga NOS en septembre était un nouveau pari pour Adil Rami. Un pari réussi pour le joueur de 35 ans, avec un bilan de 22 rencontres disputées, malgré quelques pépins physiques, le maintien décroché et cette belle émotion.

JAu