RMC Sport

PSG-OM: la ministre des Sports horrifiée par les chants parisiens contre Marseille

Les chants anti-OM des supporters du PSG, entendus lors de l’affiche de la 29e journée de Ligue 1, ont fait réagir Roxana Maracineanu. La ministre des Sports a confié sur France Info réfléchir à des sanctions pour pénaliser les chants haineux et insultants entendus dans les stades de football. La LFP est aussi sur le pont.

Roxana Maracineanu tape du poing sur la table. Invitée de France Info ce samedi, la ministre des sports a souhaité revenir sur le choc PSG-OM en clôture de la 29e journée de Ligue 1. Présente en tribunes, la ministre a été horrifiée par les chants parisiens à l’encontre des joueurs marseillais.

"Des chants inadmissibles"

"Cette semaine, on va réunir ces associations (de supporters, dans le cadre des Assises). C’est essentiel qu’il y ait des ambiances dans un stade, sans aller dans ces dérives de violence et de propos racistes qu’on entend parfois," a-t-elle rappelé en préambule.

"Il faut qu’ils (les supporters) revoient les choses. J’étais à PSG-OM. C’était juste inadmissible d’entendre les chants que j’ai entendu. (Les fans du) PSG criaient contre Marseille au lieu d’encourager leur équipe. J’ai entendu des choses horribles sur Marseille", poursuit la ministre. "Apparemment c’est historique mais je n’emmènerai pas mes enfants dans un match comme ça pour qu’ils me demandent ‘mais maman, que sont-ils en train de chanter' ?"

"Que les clubs deviennent plus responsables"

Alors qu’une grève des tribunes avait d’abord été décidée par le CUP, les ultras parisiens étaient revenus dans les travées du Parc de Princes autour de la dixième minute de jeu. Portés par la domination parisienne (3-1 score final), ils avaient copieusement insulté les joueurs de Rudi Garcia tout au long de la partie.

Et la ministre de promettre une coopération rapprochée avec la LFP dans ce dossier. "Je ne vois pas pourquoi dans le sport et dans les stades, on se permettrait des choses qu’on ne se permet pas par ailleurs. J’encourage la Ligue, et j’y travaille avec Nathalie Boy de la Tour, pour qu’il y ait des pénalités et que les clubs deviennent plus responsables. Le supporteurisme en sortira grandi."

PL