RMC Sport

Santos suspend le contrat de Robinho face à la polémique

Le club brésilien de Santos a décidé vendredi de suspendre le contrat de Robinho en raison de la polémique née de sa condamnation pour viol en Italie.

Revenu dans son club formateur la semaine passée pour un salaire de 230 euros par mois, Robinho ne s'attendait peut-être pas à déclencher une telle polémique au Brésil. 

Condamné en première instance pour un viol collectif commis en 2013 alors qu'il jouait pour l'AC Milan, le retour de l'ancien attaquant du Real Madrid et de Manchester City a provoqué une énorme vague de contestation dans son pays. A tel point que le club de Santos a décidé ce vendredi de rompre son contrat de cinq mois.

Robinho a fait appel de sa condamnation

En 2017, l'attaquant, considéré comme le nouveau Pelé à ses débuts, a été condamné par contumace à neuf ans de prison par un tribunal italien pour des faits de viol en réunion remontant à 2013, lors de son passage à l'AC Milan. Depuis la décision du tribunal, Robinho n'a eu de cesse de clamer son innocence et a interjeté appel.

"D'un commun accord", Santos et Robinho "ont décidé de suspendre la validité du contrat signé le 10 octobre afin que le joueur puisse se concentrer exclusivement sur sa défense dans le processus en cours en Italie", a annoncé le club de Sao Paulo dans un message posté sur les réseaux sociaux.

Libre depuis son départ de l'Istanbul Basaksehir pendant l'été, le buteur de 36 ans n'aura donc passé qu'une semaine semaine à Santos lors de son quatrième passage au club.

Robinho déterminé à prouver son innocence

Conscient du troublé provoqué par son retour au sein de son club formateur, Robinho a approuvé la décision de Santos et l'a fait savoir dans une vidéo postée en ligne après l'annonce de son renvoi.

"Avec beaucoup de tristesse dans mon coeur, je vous annonce que j'ai pris la décision avec le président [de Santos] de suspendre mon contrat en ce moment troublé de ma vie, a indiqué l'ancien international aux 100 sélections avec la Seleçao. Mon objectif a toujours été d'aider le club de Santos."

Et l'attaquant déchu de réitérer son souhait de se battre pour laver son honneur: "Si je dérange de quelque manière que ce soit, il vaut mieux que je parte et que je me concentre sur mes affaires personnelles, a encore lancé le joueur de 36 ans. A mes fans et à ceux de Peixe (Santos, ndlr), je vais prouver mon innocence."

La pression autour du retour du joueur au Brésil s'est accrue tout au long de la semaine. Vendredi, de nombreux sponsors de Santos ont menacé de rompre ou de ne pas renouveler leur contrat de sponsoring si Robinho restait au club.

JGL avec l'AFP