RMC Sport

La Lazio soutient Hysaj, insulté par des supporters fascistes

Auteur de son premier but avec la Lazio ce mardi en match amical, Elseid Hysaj, pris à partie par la frange la plus extrême des supporters, a reçu le soutien du club italien qu'il a rejoint cet été.

L'Albanais Elseid Hysaj, nouveau joueur de la Lazio insulté par la frange d'extrême-droite de supporters du club romain pour avoir chanté "Bella Ciao", un chant antifasciste, a reçu mardi le soutien de ses dirigeants. "Nous soutenons nos sportifs et tous les joueurs. Nous ne serons jamais du côté de ceux qui nient les valeurs du sport", a fait savoir la Lazio dans un communiqué.

"Nous nous distançons clairement de ceux qui veulent exploiter cet évènement pour des raisons politiques, faire du mal à l'équipe, à tous les fans de la Lazio, et au club", poursuit le texte. Le chant de l'international albanais, debout sur une chaise face à ses nouveaux coéquipiers qui l'accompagnaient en riant et en tapant des mains, a provoqué l'ire d'ultras marqués à l'extrême-droite qui l'ont d'abord pris à partie sur les réseaux sociaux.

Applaudi pour son premier but

Une banderole "Hysaj parasite, la Lazio est fasciste" a ensuite été déployée sur un pont de Rome, banderole qualifiée de "honteuse" par le club romain, qui l'a condamnée dans son communiqué.

Souvent caricaturée en "club fasciste", la Lazio est pourtant le club qui a dit non à Mussolini. Fondée en 1900, bien avant la création du mouvement fasciste, la Lazio a refusé de participer à la fusion de plusieurs clubs de la capitale italienne, voulue par Mussolini et qui a abouti à la naissance de l'AS Rome en 1927.

De nombreux supporters du club ont d'ailleurs soutenu Hysaj - tout juste arrivé à la Lazio alors qu'il était en fin de contrat avec Naples - sur les réseaux sociaux via un hashtag #IostoconHysaj (#JeSuisAvecHysaj). Les Tifosi l'ont aussi applaudi chaleureusement lorsqu'il a marqué son premier but sous ses nouvelles couleurs en amical, ce mardi, contre Fiori Barp Sospirolo, atomisé 11-0.

Outre la coloration d'extrême-droite des ultras de la Curva Nord (le virage Nord), la réputation de la Lazio a également pâti de la présence dans ses rangs de joueurs qui ne cachaient pas leurs sympathies fascistes, dont des membres de l'équipe championne d'Italie en 1974, ou comme Paolo Di Canio, auteur d'un salut romain devant ses supporters en 2005.

QM avec AFP