RMC Sport

Naples: pourquoi Milik se retrouve à la portée de l’OM

En quête d’un avant-centre lors du mercato hivernal qui vient d’ouvrir ses portes, l’OM étudie le dossier du Polonais Arkadiusz Milik (26 ans, Naples), un joueur qui semblait pourtant inatteignable il y a peu pour le club phocéen. Que s’est-il passé ces derniers mois pour que cela change ?

La crise sanitaire liée au coronavirus n’a arrangé les affaires de personne. Et surtout pas de l'OM. Les finances du club phocéen sont serrées et c’est donc un mercato plutôt calme qui s'annonce sur la Canebière, un an après une fenêtre hivernale déjà atone, durant laquelle personne n’était parti et personne n’était arrivé. Parce que l'OM s’est raté sur le poste d’attaquant en recrutant Luis Henrique, qui n’a pas vraiment le profil recherché. Et que plusieurs joueurs sont en fin de contrat, et donc susceptibles de s’engager ailleurs cet hiver, l’OM cherchera à se renforcer sur plusieurs postes qu’il aura ciblés. Mais le dossier de l’attaquant est le plus sensible.

Et bien que les moyens du club soient limités, son nouveau directeur du football Pablo Longoria a quelques idées en tête, dont celle d’arracher le Polonais Arkadiusz Milik (26 ans, 15 buts en 56 sélections) à une situation sportive intenable, sur fond de conflit personnel avec le président de Naples, l’intraitable Aurelio De Laurentiis. Un n°9 référencé, acheté 32 millions en 2016 par le club italien (47 buts en 75 matchs avec l’Ajax Amsterdam de 2014 à 2016, 48 buts en 122 matchs avec Naples depuis 2016).

Mais l’international polonais n’est pas inscrit sur la liste des joueurs de Naples cette saison, en Serie A, depuis qu’il a refusé les conditions du club pour une prolongation de son contrat, qui s'achève en juin 2021. Tout part de la situation contractuelle du joueur, qui demandait des très gros chiffres, ce que De Laurentiis s’est toujours refusé à lui accorder malgré l’insistance du Polonais, qui n’est pas parvenu à se faire entendre. Et ce, pour plusieurs raisons. 

Un attaquant qui sait tout faire

Tout d’abord, la présence dans l’effectif de joueurs aussi décisifs que Lorenzo Insigne, Victor Osimhen et Dries Mertens (meilleur buteur de l’histoire de Naples) dans le secteur offensif, aurait pu l’inciter à davantage de mesure. Ensuite, en raison de la crise économique qui touche les clubs de football, les dirigeants sont autrement plus vigilants et soucieux de préserver ce qui peut l’être dans le cadre d’une prolongation. Et enfin, malheureusement pour lui, Arkadiusz Milik est un joueur sujet aux blessures. Victime d’une rupture partielle des ligaments croisés du genou gauche lors de sa première saison à Naples, Milik avait été opéré une deuxième fois la saison suivante.

Cette propension aux blessures avait alerté l’AS Roma de ses nouveaux propriétaires, tout proche de signer Arkadiusz Milik l’été dernier, dans un jeu à trois bandes avec la Juventus Turin, qui pensait accueillir Edin Dzeko. Le Bosnien n’est pas parti, Arkadiusz Milik est resté. Puni par son président, pour ne pas être allé dans son sens, Arkadiusz Milik a été mis au placard. Et l’OM se prend à rêver qu’il va tirer le joueur polonais de ce mauvais pas. Dans le cadre d’un prêt ? Cela semble peu probable au regard de la situation contractuelle du joueur, dont le bail prendra fin en juin prochain. Dans le cadre d’un transfert sec ? Naples réclame 10 millions d’euros, mais on peut penser qu’il sera enclin à revoir ses prétentions à la baisse.

Selon la Gazzetta dello Sport, en Italie, une idée fait son chemin selon laquelle Florian Thauvin, en fin de contrat à Marseille, pourrait faire le chemin inverse dans le cadre d’un échange qui n’en serait pas vraiment un. Un peu à l’image de ce qu’il s’est passé entre la Juve et le Barça, pour les transferts de Miralem Pjanic et Arthur, l’été dernier. Soit un échange aux airs d'écriture comptable qui arrangerait tout le monde dans le contexte difficile d'une pandémie à l'issue encore très incertaine.

Surtout, l’OM s’en sortirait plutôt très bien sportivement, et réaliserait même une sacrée plus-value pour son effectif à un poste où elle tarde à recruter un élément convaincant à ce poste depuis plusieurs années. Arkadiusz Milik a des arguments à faire valoir. Il est un attaquant souvent bien placé, qui marque des buts (20 buts et 4 passes décisives pour sa meilleure saison à Naples en 2018-2019), qui s’intègre dans les circuits de passe et tire excellemment bien les coups francs. Bref, il sait tout faire.

QM (avec JC)