RMC Sport

Super League: Agnelli l'admet, le projet est terminé sans les clubs anglais

Andrea Agnelli, l'un des fers de lance de la Super League, a concédé auprès de Reuters que le projet ne pouvait plus se concrétiser après le retrait des clubs anglais.

Cette fois, c'est Andrea Agnelli qui le dit. Le président de la Juventus de Turin et l'un des principaux instigateurs de la Super League, qui défendait encore son projet becs et ongles mardi soir lors d'interviews donnés à la presse italienne avant les retraits officiels des clubs anglais, a concédé que le projet fou de douze grands clubs européens ne pouvait désormais plus se concrétiser. Le retrait des six clubs anglais (Manchester United, Manchester City, Liverpool, Tottenham, Chelsea, Arsenal) a été fatal.

>> La crise de la Super League en direct

Le projet de la Super League pourrait-il encore se faire sans les six clubs anglais ? A cette interrogation, Andrea Agnelli, président de la Juve et ancien président de l'Association européenne des clubs (ECA), a répondu à Reuters : "Pour être franc et honnête non, évidemment que ça n'est pas le cas." Pourtant, il reste persuadé que son projet est ce dont le football a besoin. "Je reste convaincu de la beauté de ce projet. Il s'agissait de la création de la meilleure compétition au monde."

La Super League a tenté de tenir sa ligne

La Super League et ses défenseurs auront tenté de sauver leur bébé jusqu'au bout. Dans la nuit de mardi à mercredi, alors que les clubs anglais claquaient la porte de cette nouvelle compétition européenne un par un, la Super League avait publié un communiqué où elle appelait à "remodeler" le projet : "La Super League européenne est convaincue que le statu quo actuel du football européen doit être changé. Nous proposons une nouvelle compétition européenne parce que le système actuel ne fonctionne pas."

Mardi soir, Andrea Agnelli en personne ne laissait planer aucun doute sur la poursuite du projet. "Il y a un pacte de sang entre nos clubs. On continue. Le projet peut-il encore fonctionner ? Oui, il a 100% de chances de succès", clamait le patron de la Juve à Repubblica, alors que les premiers doutes sur la motivation de certains membres fondateurs de la Super League étaient en train de naître. Il n'a pas pu tenir sa ligne bien longtemps.

dossier :

La Super League

FG