RMC Sport

Mercato: ce que Nantes a proposé à Kolo Muani pour essayer de prolonger son contrat

Randal Kolo Muani quittera le FC Nantes cet été, en fin de contrat. Sans rapporter un centime à son club formateur. Des Canaris qui ont échoué à faire prolonger leur attaquant dans un dossier chaotique.

En juin, il va venir gonfler la liste. Comme Loïc Nego, Adrien Trebel, Léo Dubois, Enock Kwateng ou encore Batista Mendy avant lui, Randal Kolo Muani, pur produit de la Jonelière, va quitter le FCN en fin de saison sans rapporter un centime au club qui l’a formé, fait grandir, et permis de signer son premier contrat professionnel. L’attaquant nantais (23 ans) va rejoindre l’Allemagne. Et ça sera en juin. Certainement pas cet hiver. Francfort ? Peut-être mais rien n’est encore signé, contrairement à ce que pense le président Kita qui a attaqué devant la Fifa le club de Bundesliga pour une approche illégale de son joueur (alors qu’il est encore sous contrat).

>> Les infos mercato EN DIRECT

Selon RMC Sport, en début de semaine, le clan de l’attaquant nantais, auteur de 9 buts la saison dernière, a discuté avec le club de Fribourg. Lequel avait fait une proposition la semaine dernière de contrat de 9 millions d’euros de salaire sur cinq ans plus un million d’euros de prime à la signature (offre refusée par Kolo Muani et son entourage). Ce jeudi, selon RMC Sport, les représentants du Canari seront à Berlin pour discuter avec le Hertha. Là, encore pour un contrat pour juin prochain…

Des discussions de prolongation vite impossibles

Pourquoi en est-on arrivé à cette situation ? Pourquoi le FCN va encore perdre un élément très prometteur qui aurait pu lui rapporter beaucoup d’argent à la revente ? Petit retour en arrière. Kolo Muani a signé son premier contrat professionnel en 2017 (3 ans + 2 ans) avec un salaire évolutif (4.000 euros puis 5.000 euros puis 6.000 euros). La saison dernière, lors de sa quatrième saison en tant que professionnel sous le maillot nantais, l’attaquant touchait 13.000 euros. 15.000 euros cette saison.

Eté 2020, alors que le joueur a bien failli repartir en prêt à Boulogne-sur-Mer (National), Christian Gourcuff le retient par la manche. Malgré les difficultés des Canaris en championnat, Kolo Muani s’impose devant. Jusqu’à être appelé en équipe de France espoirs et devenir incontournable en jaune. Novembre 2020, rencontre entre agents du joueur et la direction du FCN pour discuter d’une prolongation. Les caciques nantais proposent par écrit 25.000 euros par mois… Un des agents de Kolo Muani, ulcéré par l’offre qu’il juge très basse par rapport à la grille salariale des joueurs offensifs du club (Coulibaly à 120.000 euros, Emond à 75.000 euros ou Limbombe à plus de 100.000 euros), se permet d’ajouter un 1 devant la proposition salariale, avec un peu de second degré. La direction du FCN se braque. Les discussions entre les deux parties deviennent impossibles. En début d’année 2021, Gilles Favard, ex-conseiller du président Kita (2009-2011), est chargé par l’entourage de l’attaquant de discuter avec l’homme d’affaires franco-polonais, qui n’a pas encore été mêlé aux discussions sur ce dossier. Favard a l’oreille de Kita à ce moment-là. Il vient de lui infuser l’idée de prendre… Raymond Domenech sur le banc. Les deux hommes se rencontrent et une offre orale sur un émolument mensuel à 50.000 euros pour Kolo Muani (ainsi qu'une prime à la signature de 400.000 euros) est évoquée. Problème, les proches de l’attaquant nantais ne recevront jamais cette proposition par écrit alors qu’ils affirment aujourd’hui qu’ils auraient très bien pu l’accepter… Ce rendez-vous fut le dernier (officiel) concernant la prolongation de l’attaquant, natif de Bondy.

Watford (et Bayat) ont essayé de l’arracher l’été dernier

Le joueur, conseillé par ses proches, se résolut alors à finir son contrat au FC Nantes sans prolonger et à rallier en juin 2022 la Bundesliga, championnat qu’il estime être un palier parfait dans sa progression. Par l’entremise de Mogi Bayat, agent belge et directeur sportif officieux du FCN, Watford tente bien de faire une offre l’été dernier, mais Kolo Muani reste inflexible. Des clubs français (Lyon, OM) et européens lui font aussi les yeux doux. Sans plus de réussite.

Libre depuis le 1er janvier de signer où il veut, l’attaquant nantais de 23 ans a sans doute en tête d’inscrire au moins 15 buts cette saison. Ce qui serait encore un joli pied de nez au président Kita qui avait affirmé dans L’Equipe en juin dernier en faisant allusion à Kolo Muani qu’"un bon avant-centre doit marquer au minimum 15 buts, si ce n’est plus". Le compteur de l’attaquant nantais affiche 7 buts pour le moment.

David Phelippeau