RMC Sport

Mercato: Gonalons a choisi l'AS Roma

Maxime Gonalons

Maxime Gonalons - AFP

Selon les informations de RMC Sport, Maxime Gonalons a choisi de rejoindre l'AS Roma, qui a déjà transmis une proposition aux dirigeants lyonnais. Le milieu et capitaine de l'OL (28 ans) n'a plus qu'un an de contrat avec son club formateur.

Tout se précipite pour Maxime Gonalons. Présent ce mardi à la reprise (une batterie de tests physiques avant la première séance à huis clos à 17h), le capitaine de l’OL a déjà la tête ailleurs. D’après nos informations, il a en effet choisi sa future destination. Il s’agit de l’AS Roma. Hier, à la mi-journée, un rendez-vous capital s’est déroulé dans la capitale italienne entre son représentant, Fredéric Guerra, et les patrons du sportif de l’AS Roma. Dans les heures qui ont suivi, les dirigeants de l’OL ont été informés de cet intérêt et une proposition leur a été envoyée pour ce cadre (historique) du vestiaire, lié à l’OL jusqu’au 30 juin 2018. 

A lire aussi >> OL: 45 minutes de présentation de Bertrand Traoré… sans lui

Les négociations vont donc débuter et tout pourrait aller vite. Car même si les détails du départ (montant de la transaction pour un joueur à qui il reste un an de contrat, durée du bail en Italie, salaires,…) sont à affiner, Maxime Gonalons a fait le tri dans sa tête. Ce "pur Gone" veut tourner la page avec son club formateur et continuer sa carrière de l’autre côté des Alpes, où son profil plait au nouveau directeur sportif, Monchi, mais aussi à celui qui va s’asseoir sur le banc de l’entraîneur, Eusebio Di Francesco.

Interrogé sur l’avenir de leur joueur, en marge de la conférence de presse de présentation de Bertrand Traoré, lundi soir, Jean Michel Aulas et Bruno Genesio avaient botté en touche: "A ma connaissance personnelle, il n’y a pas de propositions qui nous soient parvenues" avait expliqué le président de l’OL. "J’ai échangé au niveau sportif sur sa saison avec lui samedi soir mais je ne vais pas vous dévoiler ce que nous nous sommes dits, avait révélé l’entraîneur lyonnais. Il y a deux solutions, soit il honore son année de contrat, soit il s’en va en sachant que dans ce cas, il faudra que l’intérêt de toutes les parties soit entendu".

Gonalons tourne une page

Arrivé à Lyon en 2000 à l’âge de 11 ans au centre de formation, en provenance de Villefranche, Maxime Gonalons a fait toutes ses gammes à l’OL, jusqu’à porter le brassard de capitaine. Tancé par son président à la mi-mai lors d’une conférence de presse-bilan de la saison, il était depuis en phase d’écoute de propositions venant d’autres clubs, en Italie notamment. Son entourage lui conseillait de ne pas rempiler après le désaveu public de son "boss". Très attaché à l’OL - il avait refusé un contrat XXL de Naples en 2014 - Maxime Gonalons a digéré pendant ses vacances cette fin de saison houleuse, alors qu’il ne pensait pas que cela allait se passer ainsi.

Rappelons que c’est une phrase anodine, dans une interview parue la veille de la demi-finale d’Europa League face à l’Ajax, qui avait mis en colère Aulas. "Il me faudra des garanties sur l’avenir, avait-il dit au Progrès, le 10 mai 2017. Il y aura des discussions. On se mettra autour d’une table comme on l’a toujours fait. Ce seront des négociations importantes. Je ne veux pas rester à Lyon si les ambitions sont à la baisse. Et on trouvera la meilleure solution. J’ai besoin d’avoir des ambitions en face de moi".

Le chamboule-tout, le mot à la mode à l'OL

Jean-Michel Aulas avait répliqué: "Max est capitaine, il n’est pas tout jeune. Il a refusé de partir dans un club ambitieux (Naples, ndlr) qu’on avait traité à la demande de ses agents. Et aujourd’hui, il se permet de dire qu’il ne sait pas s’il ne pas doit aller dans un club ambitieux. L’OL n’est pas ambitieux? On est le deuxième club français en termes d’indice UEFA. On a investi 500 millions d'euros pour les joueurs. On a 300 millions d’actifs. On n’est pas ambitieux? Ce n’est pas une rupture. Pour tout vous dire, il m’a appelé le lendemain pour s’excuser. C’est Bernard (Lacombe) qui dit: 'c’est au tarot qu’on s’excuse'."

A lire aussi >> OL: dans les coulisses de la conf' d'Aulas qui a provoqué la fracture avec Gonalons

Avant d’ajouter que ces propos pourraient clairement remettre en cause son futur à l’OL. "Bien sûr. Je ne suis pas prêt à m’en séparer. C’est lui qui dit qu’il regardera les offres d’autres clubs. J’ai le droit de dire que ça m’a fait beaucoup de peine. En tout cas, il n’aura pas de prolongation cette année, ça, c’est clair".

La fin d'une époque mais un recrutement ambitieux

Ces échanges aboutissent donc au départ plus que probable de Maxime Gonalons, qui après ceux Corentin Tolisso, Rachid Ghezzal (fin de contrat) et avant peut-être Alexandre Lacazette, voire Clément Grenier, revenu de prêt de… l’AS Roma, dessinent la fin d’une époque à Lyon. Celle des cadres issus de la formation. Cela préfigure aussi une intersaison mouvementée à l’OL, puisque Mathieu Valbuena est lui-aussi parti, avant que d’autres (Nkoulou? Yanga-Mbiwa? Jallet? Darder?) soient aussi annoncés sous d’autres cieux.

Dans le sens inverse, Jean-Michel Aulas a redit lundi soir qu’il lance un recrutement ambitieux, à l’image de l’arrivée de Bertrand Traoré en provenance de Chelsea et de Fernando Marcal de Guingamp, avant d’autres nouveaux joueurs. "Nous sommes dans un recrutement ambitieux. Au total, nous aurons 5 à 6 nouveaux joueurs (Mariano Diaz du Real ? Jason Denayer de Manchester City? Ferland Mendy du Havre?, ndlr) pour à terme revenir au tout premier plan en France".

A lire aussi >> Mais qui est Mariano, l’espoir du Real proche de signer à l’OL?

Sans compter, les jeunes du centre de formation qui vont monter en professionnel pour la préparation estivale (Gouiri, Maolida, Geubbels, Martins Pereira, Cognat …) et faire leur apparition. Il faudra presque un trombinoscope à tous les supporters (et les suiveurs) pour fixer les visages de l’OL version 2017-2018, qui se construit en cette intersaison.

VIDEO: Bertrand Traoré : "J’avais vraiment envie de venir à Lyon"

Edward Jay