RMC Sport

Mercato: recruter chez l’adversaire, une fausse bonne idée?

Alexander Soderlund

Alexander Soderlund - AFP

Alors que l’Olympique Lyonnais vient d’engager avec Marcelo son troisième ex-adversaire en Ligue Europa la saison dernière, se pose la question de la viabilité d’une telle stratégie. Dans un passé proche, le rival stéphanois s’est notamment heurté à cette fausse bonne idée.

Bertrand Traoré, Kenny Tete et Marcelo marcheront-ils dans les pas de Sergueï Semak et Dmitry Sychev ? Avant de devenir des flops du mercato estival lyonnais, on laissera tout de même une chance à ces anciens adversaires de l’OL en Ligue Europa. Recrutés en partie pour leurs performances face aux hommes de Bruno Genesio la saison dernière, les trois nouveaux visages du septuple champion de France auront en tout cas une pression en plus.

A lire aussi >> OL: Marcelo est "un leader, un joueur de caractère"

Marcelo était "déjà dans le viseur"

Et même si Florian Maurice, le responsable de la cellule de recrutement olympienne a assuré ce lundi au cours de la conférence de presse de présentation du défenseur brésilien Marcelo (30 ans), que le joueur était suivi depuis longtemps par le club, le doute plane. Est-ce vraiment une bonne idée de recruter d’anciens adversaires ? Pas vraiment si l’on en croit l’expérience de Christophe Galtier à Saint-Etienne.

A lire aussi >> Marcelo peut-il vraiment s'affirmer comme le patron qu'attend l'OL?

L’amertume de Galtier

L’ancien patron des Verts avait ainsi fustigé dans France Football la semaine dernière, la stratégie de de ses ex-dirigeants sur le marché des transferts. "On ne peut pas dire que ç’a été une grande réussite ces derniers temps (le recrutement)", a notamment lâché l’ancien adjoint d’Alain Perrin à Lyon, avant de cibler Henri Saivet mais pas seulement. "C’est un exemple. Il y en a d’autres. (Lesquels ?) On a recruté des joueurs qui avaient été bons contre nous comme Söderlund et Selnaes." Alexander Söderlund et Ole Selnaes sont arrivés en provenance de Rosenborg, affronté par Saint-Etienne en Ligue Europa en 2015.

A lire aussi >> Mercato: Ivan Perisic devrait finir par signer à Man Utd

La jurisprudence Semak

Dans un passé assez lointain, on se rappelle aussi que Vahid Halilhodzic et le PSG s’étaient un peu trop emballé sur Sergueï Semak. Auteur d’un triplé face à Paris en phase de poules de la Ligue des Champions fin 2005, ce dernier avait finalement signé dans la capitale au mercato d’hiver. Résultat, 31 matchs et seulement un but marqué par le meneur de jeu russe. Dans l’autre sens et plus récemment, on peut également prendre l’exemple d’Aymen Abdennour.

A lire aussi >> Hellas Vérone: Cassano veut arrêter huit jours après avoir signé, puis change d'avis

Abdennour s'est trompé de cheval

Eliminé avec l’AS Monaco par Valence au 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions en août 2015, le défenseur tunisien décide de prendre la direction du club espagnol, après avoir pourtant terminé 3e de Ligue 1 sous les ordres de Leonardo Jardim la saison précédente. Bilan, seulement 33 matchs disputés avec le club ibérique en Liga, lequel a échoué au 12e rang ces deux derniers exercices. Il ne connaîtra donc pas le titre de champion 2017 avec l’entraineur portugais.

Alors absence de cellule de recrutement ou bien grossières erreurs de casting, force est de constater qu’il ne fait pas toujours bon recruter ses adversaires.

A lire aussi >> Barça: pour le vice-président, Neymar va rester "à 200 %"

Damien Chédeville