RMC Sport

OM: "L’agent de Kamara avait promis qu’il ne partirait pas libre", révèle Cardoze

Officialisé à Aston Villa ce lundi, Boubacar Kamara avait pourtant reçu trois offres de prolongation de l’OM, a indiqué ce lundi Jacques Cardoze, directeur de communication du club, dans l'émission Virage Marseille sur BFM Marseille. Le milieu est finalement parti libre, contrairement à ce qu’avait promis son agent.

Alors que son futur club, Aston Villa, a officialisé son arrivée ce lundi, le choix de Boubacar Kamara continue à faire jaser. À l’Olympique de Marseille, qui ne touchera pas d’indemnité puisque le milieu de terrain français était en fin de contrat, on déplore la décision du joueur formé au club, qui aurait refusé trois offres de prolongation cette saison. C’est le directeur de communication phocéen, Jacques Cardoze, qui l’a révélé lors de l’émission Virage Marseille, sur BFM Marseille.

"Je crois pouvoir dire aujourd’hui qu’il y avait trois propositions de contrat, avec des formules très différentes, dont une où le salaire était très très élevé, a expliqué Cardoze. Kamara a été respecté par Pablo Longoria, respecté par le club. […] Ce que je peux vous révéler, c’est que le jour de Noël, Pablo Longoria a reçu un coup de téléphone de l’agent de Kamara lui promettant qu’il ne partirait pas libre."

"On est forcément déçus"

Au club, la déception de ne pas recevoir d’argent au départ d’un joueur né à Marseille, arrivé à l’OM à l’âge de cinq ans, dont la mère a été abonnée chez les Yankee et qui a ensuite été capitaine de plusieurs catégories jeunes, n’a pas été cachée. "Ça n’a rien à voir avec le joueur, il a fait une saison remarquable jusqu’à la dernière minute, a avancé Cardoze. Mais d’un point de vue club, on est forcément déçus."

Le regret semble d’autant plus grand que la destination choisie par Kamara, Aston Villa, n’est pas aussi prestigieuse que ce qui avait longtemps été pressentie pour lui. Cette saison, les hommes de Steven Gerrard n’ont fini que 14es de Premier League, là où l’OM a validé son billet pour la Ligue des champions. "Pendant la saison, on s’était demandés si un très grand club allait se positionner, auquel cas on n’aurait peut-être pas eu les moyens de lutter, a confirmé Cardoze. Aujourd’hui, je pense qu’on peut avoir des regrets."

Corentin Parbaud avec Virage Marseille