RMC Sport

Mondial de handball: les dessous d'une déroute historique pour l'équipe de France

La défaite de l’équipe de France face au Danemark (38-30), ce vendredi en demi-finales du Mondial, est la plus lourde depuis 2007. Un coup de massue qui marque un recul de ces Bleus, qui ne détiennent plus aucune couronne pour la première fois depuis 2008.

Rarement dans l’histoire récente, les handballeurs français ont été surclassés de la même manière que ce vendredi face au Danemark (38-30) en demi-finales du Mondial. Il faut remonter au Mondial 2007 et le match pour la médaille de bronze (34-27 face au… Danemark), avec un contexte bien différent (la France ayant perdu en prolongation contre l’Allemagne en demies suite à un coup de sifflet très litigieux), pour voir l’équipe prendre autant de buts dans une grande compétition internationale. Les Bleus n’ont jamais lutté. Un sentiment d’impuissance régnait dans les rangs français, incapables de trouver les solutions en défense.

Dinart a secoué le vestiaire

Distancés à la mi-temps (15-21), les Bleus n’ont pas montré de réaction. Didier Dinart, le sélectionneur, a pourtant secoué son vestiaire, opéré des changements défensifs, fait appel à Nikola Karabatic. Rien à faire. Le rouleau compresseur danois en attaque a fait craquer les Bleus comme jamais. Mikkel Hansen, joueur danois du PSG et auteur d’une prestation exceptionnelle (12 buts), se disait surpris d’avoir inscrit 38 buts avec son équipe face à la France, réputée comme excellente en défense. Offensivement, les joueurs ont fait le travail avec 30 buts inscrits. Les Danois ne se sont pas arrêtés de jouer malgré le gain du match acquis, une preuve "de respect" pour Valentin Porte.

Pour la première fois depuis 2008, les handballeurs français n’ont plus de couronne. L’avènement du hand français avec le titre olympique de Pékin 2008 avait lancé une véritable razzia de médailles et de titres (8 titres de champions sur 12 possibles entre 2008 et 2017). Aujourd’hui, elle n’est plus sur le toit du monde mais elle reste une valeur sûre présente dans les derniers carrés (Euro 2018, Mondial 2019). L’équipe est bel et bien en reconstruction après les retraites internationales de Thierry Omeyer et Daniel Narcisse. Une situation déjà évoqué par Didier Dinart après le Mondial 2017 en France.

Retour amer pour Karabatic

Nikola Karabatic ne s’est pas arrêté devant les médias. Un contrôle antidopage a retenu l’arrière gauche de l’équipe de France, qui a joué 11 minutes ,son plus faible temps de jeu dans le Mondial. Uniquement utilisé en défense en deuxième mi-temps, le double champion olympique, semblait trop juste pour disputer une demi-finale mondiale et être présent à la fois en attaque et en défense pendant de longues minutes.

A peine remis de son opération au pied gauche en octobre, Karabatic avait fait le maximum pour revenir à temps et disputer sa vingtième compétition internationale de suite. Il n’avait repris l’entraînement que début janvier, avant d’être appelé par Didier Dinart après le premier match contre le Brésil.

Les Bleus ont rejoint leur hôtel vers 20h30 vendredi avant de dîner à Hambourg et ensuite d’effectuer quatre heures de bus pour rallier Herning, au Danemark. Une séance d’entraînement est prévue samedi en fin de journée.

Arnaud Valadon