RMC Sport

JO 2021: après le scandale Aliev, John Dovi met en cause l'organisation de la boxe olympique

Le manager de l'équipe de France masculine de boxe John Ddovi est revenu, sur RMC, sur les derniers évènements qui ont secoué la boxe française, en dénonçant les décisions arbitrales et l'organisation mise en place par le CIO. Après le scandale Mourad Aliev, il ne décolère pas.

La colère ne descend toujours pas dans le clan tricolore. Après la disqualification de Mourad Aliev en quart de finale des JO 2021 à la suite d'une décision arbitrale injuste et avouée par les arbitres, John Dovi n'en revient toujours pas. Le manager de l'équipe de France estime que la disqualification de Mourad Aliev "est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", déjà bien plein.

"C'est terrible, car cela représente cinq ans de travail et en arriver là… On est venu aux Jeux avec cinq boxeurs, et sur les cinq, on a réellement subi trois mauvaises décisions, trois arnaques. Pour les deux autres, il y a aussi eu des histoires bizarres. A chaque fois, il y a eu un truc qui n’était pas clair. On a eu l’impression dès le départ qu’il y avait une sorte de cabale contre l’équipe française", a pesté John Dovi sur RMC.

Une organisation qui pose question

Au vu de la tournure des évènements, les boxeurs français ne cachaient pas leur peur au ventre à l'approche des quarts de finale, parce qu’ils se disaient "qu’est ce qu’ils vont nous trouver? On n'en parlait pas dans les médias car on se concentrait sur ceux qui allaient boxer le lendemain. On se disait que ce n’était pas possible. On se retrouve avec un boxeur sur les cinq potentiellement médaillable. On est arrivé avec des avions de chasse, des tueurs, des gens classés dans leur catégorie et qui pouvaient monter sur le podium", poursuit John Dovi

Au-delà de la fameuse règle, c'est l'organisation du tournoi olympique qui est vivement critiquée par le clan tricolore. Alors que la boxe a failli disparaître du programme des JO de Tokyo, le CIO a enlevé l'organisation des combats à l'AIBA (association internationale de boxe amateur). C'est donc l'institution présidée par Thomas Bach qui s'est occupée de l'organisation du tableau olympique et des TQO.

"Ils sont allés chercher des arbitres qui ne sont pas forcément connus mais de moins bonne qualité, juge John Dovi. Quand on regardait les combats à la télé on savait comment ça allait se passer. Il s’est passé des choses dans les tours préliminaires inadmissibles, impensables." Cette tutelle du CIO est provisoire: la discipline pourrait donc disparaître rapidement du programme olympique, si aucune solution n'émerge d'ici là.

AS