RMC Sport

JO 2021: du bronze en triathlon, une médaille assurée en rugby, le résumé de la nuit olympique

Triathlon

Triathlon - AFP

La nuit de samedi a été positive pour la France avec une médaille de bronze obtenue lors du relais mixte en triathlon, la première pour les tricolores dans l'histoire de la discipline. Les Bleues du rugby à VII ont dominé la Grande-Bretagne pour rejoindre la finale, où elles affronteront la Nouvelle-Zélance ce samedi (11h). Florent Manaudou s'est qualifié aisément de son côté pour la finale du 50 mètres nage libre, alors que les sabreuses peuvent envisager une médaille.

Comme un air de revanche. La huitième journée à Tokyo a commencé idéalement pour l'équipe de France, avec une médaille de bronze lors du relais mixte en triathlon, la première pour les tricolores dans cette discipline présente depuis les Jeux olympiques de Sydney 2000.

L'épreuve du relais mixte figurait en revanche pour la première fois dans le programme olympique. Vincent Luis, Dorian Coninx, Cassandre Beaugrand et Leonie Periault laissent leur nom dans l'histoire du triathlon français, pour une performance qui fera date, dans une course remportée par la Grande-Bretagne devant les Etats-Unis. Décevant lors de l'épreuve individuelle où il visait l'or, Vincent Luis a réagi en patron pour assurer la médaille dans le dernier relais.

"J'ai tenté le tout pour le tout pour l'or, il ne faut pas dénigrer cette médaille même si on est champions du monde en titre. Dans 3 ans, on reviendra et on sera toujours sur le devant de la scène. Les gens ont un peu la mémoire courte, a répondu Luis à France Télévisions, réagissant aux critiques. Il ne faut pas oublier que la France est une nation dominante du triathlon mondial."

La médaille assurée en rugby à 7

Une 15e médaille est aussi déjà assurée pour la délégation tricolore avec l'exploit venu de l'équipe féminine de rugby à 7. Les Bleues se sont imposées lors de leur demi-finale face à la Grande-Bretagne (26-19) et vivront une finale historique ce samedi (11h) face à la Nouvelle-Zélande.

Invaincues depuis le début de la compétition, les Françaises ont réalisé un début de match canon dans ce Crunch, avec deux essais inscrits en l'espAce de 3 minutes. Elles ont résisté admirablement aussi en fin de rencontre pour repousser les assauts britanniques.

Manaudou au rendez-vous

Après un vendredi compliqué, loin des attentes, le sourire revient progressivement pour les Français. Florent Manaudou a confirmé son statut de patron de la natation française ce samedi, en réalisant le deuxième meilleur temps des demi-finales du 50 mètres nage libre. Champion olympique de la discipline en 2012 et en argent à Rio, l'expérimenté (30 ans) Manaudou s'avance ce lundi en outsider derrière Caeleb Dressel, déjà titré à trois reprises à Tokyo, dont ce samedi lors du 100 mètres papillon où il a battu son propre record du monde.

A 22 ans, Maxime Grousset n'a pas réussi en revanche à se hisser en finale, lui qui avait terminé quatrième du 100 mètres nage libre. Mais Florent Manaudou aura forcément une vraie chance de décrocher une médaille ce lundi, sa 3e de suite. Ce serait aussi le premier podium de la quinzaine lors des JO de Tokyo pour la natation française.

Repêchée miraculeusement pour les demi-finales du 50 mètres nage libre, Marie Wattel n'a pas réussi l'exploit de se qualifier pour la finale. Septième de la première demie, Wattel a connu le même sort que Mélanie Henrique, l'autre française engagée, sixième de sa course.

Mais le moment fort de la matinée dans les bassins a été le nouveau sacre de Katie Ledecky, qui a conservé son titre sur 800 mètres, le 3e de suite sur les JO dans cette discipline. L'Américaine a obtenu une sixième médaille d'or en carrière et est devenue par la même occasion la nageuse la plus titrée en individuel des JO. A noter que l'Australienne Kaylee McKeown a réalisé le doublé, avec un titre en 200 mètres dos, dans la foulée du 100 mètres dos où elle s'était déjà imposée.

Robert-Michon éliminée dès les qualifications, ça passe pour Lavillenie

Vice-championne olympique du disque en 2016, Mélina Robert-Michon ne verra pas la finale à Tokyo, elle qui disputait ses sixièmes JO à 42 ans. Avec un jet à 60,88 mètres ce matin, la Française s'est classée seulement 15e des qualifications, là où les 12 premières validaient leur ticket pour la finale.

Renaud Lavillenie, toujours diminué par une blessure à la cheville, a réussi son entrée en lice pour se qualifier pour la finale du saut à la perche, avec une barre franchie à 5,75 mètres. Il a connu en revanche quelques frayeurs pour obtenir sa qualification, alors que Mondo Duplantis et Thiago Braz seront eux aussi du rendez-vous, en l'absence de Sam Kendricks, positif au coronavirus.

Valentin Lavillenie n'a pas réussi à rejoindre son frère pour cette finale olympique en revanche, ne parvenant pas à franchir 5,75 mètres. Dernier français en lice, Ethan Cormont a échoué à 5,50 mètres. Reste à savoir si Renaud Lavillenie aura les moyens physiques d'obtenir une nouvelle médaille olympique.

Du côté du 800 mètres, Pierre-Ambroise Bosse a joué avec le feu, seulement sixième de sa série et persuadé que ses JO étaient déjà terminés. Il a été finalement repêché au temps pour les demi-finales, là où son compatriote Gabriel Thual s'est qualifié à la place, troisième de sa série. Champion de France en titre, Benjamin Robert a été éliminé, cinquième de sa série.

Une chance de médaille en escrime, Oumiha déjà sorti

L'escrime pourrait rapporter une nouvelle médaille à la France. Les sabreuses ont facilement battu les Etats-Unis ce samedi matin (45-30) et devront désormais affronter l'Italie (à 6h40) pour une place en finale. Les Bleues sont emmenées par Manon Brunet, déjà médaillée de bronze en individuel.

Vice-champion olympique à Rio dans la catégorie des moins de 60 kg, Sofiane Oumiha ne connaîtra pas le même destin à Tokyo. Le Français a été battu dès son entrée en lice, avec un combat arrêté par l'arbitre dès le deuxième round face à l'Américain Keyshawn David, lors des huitièmes de finale des moins de 63kg.

Déjà qualifiée pour les quarts de finale, l'équipe masculine de basket n'a pas forcé son talent pour une troisième victoire de rang en phase de groupes face à l'Iran (79-62). Les hommes de Vincent Collet connaîtront leur adversaire ce dimanche, eux qui ont aussi battu la Team USA et la République Tchèque.

Guillaume Lepere Journaliste RMC Sport