RMC Sport

JO 2021: la déroute des volleyeurs français, battus d'entrée par les États-Unis

L'équipe de France de volley entame mal ses Jeux olympiques 2021: elle a été sèchement battue pour son premier match ce samedi, par les États-Unis (3-0).

Les volleyeurs français, dépassés par les États-Unis, se sont inclinés trois sets à zéro (25-18, 25-18, 25-22) et ont manqué leurs débuts aux Jeux olympiques de Tokyo 2021, ce samedi à l'Ariake Arena. Rien n'est encore perdu pour la génération la plus talentueuse du volley français, en quête d'une première médaille olympique au Japon: pour voir les quarts de finale, elle doit se classer parmi les quatre premiers de son groupe de six avec également la Russie (sous drapeau neutre), le Brésil, l'Argentine et la Tunisie.

Comme un symbole, c'est sur un service manqué de sa star Earvin Ngapeth que l'équipe de France s'est inclinée dès le troisième set. Ses longs soupirs dès le début de cette manche en disaient long sur le sentiment d'impuissance des Bleus, submergés par une équipe américaine surpuissante dans ses attaques, surprenante par ses fausses pistes et sûre d'elle en défense.

"Un problème de niveau" pour Tillie

"Physiquement, on est bien. Ça s’est joué dans la tête, analyse Ngapeth. On rate notre début de match et on arrive jamais à inverser le cours du jeu, à les faire douter. C’est ça qui fait la différence aujourd’hui. On a été timides dans tous les secteurs de jeu." "C’est aussi un problème de niveau, complète le sélectionneur Laurent Tillie. Quand ils sont à ce niveau là, c’est une des meilleures équipes au monde. On a pas réussi à être agressifs et à les mettre en difficulté sur le service."

Les hommes de Laurent Tillie souhaitaient à tout prix entamer ce tournoi par une victoire dans le premier match. "C'est presque le plus important parce qu'il donne le ton", avait prévenu Ngapeth. Mais comme aux Jeux de Rio, quittés dès le premier tour, la "Team Yavbou" commence ses JO de Tokyo par une défaite inaugurale.

Rebond attendu contre la Tunisie

"C’est pas l’entame qu’on voulait forcément, mais il ne faut pas se désunir, parce qu’il y a des matchs qui arrivent et qu'il va falloir rebondir contre la Tunisie, a positivé le capitaine Benjamin Toniutti. On savait qu’on avait un groupe compliqué. Aujourd’hui, on a pas très bien joué et ils ont fait un gros match."

En 2016, le revers d'entrée contre l'Italie, déjà 3-0, les avaient placés dans une zone de turbulence. Le deuxième contre les États-Unis, déjà, les avaient mis sur un siège éjectable, les obligeant presque à un exploit contre les favoris brésiliens. Les hommes de Laurent Tillie n'en sont pas encore là mais ils devront réagir dès lundi face à la Tunisie, équipe la moins cotée du groupe.

NB avec AFP