RMC Sport

JO 2021 (perche): "prêt à tout donner", Lavillenie assure que sa cheville va beaucoup mieux

A trois jours de son entrée en lice aux JO 2021, Renaud Lavillenie a donné des nouvelles rassurantes de sa cheville sur RMC. Le perchiste français se dit prêt à viser une troisième médaille olympique à Tokyo.

Derrière la voix, un léger sourire se distingue. Comme un soulagement. Deux semaines après s’être blessé en marge du meeting de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), Renaud Lavillenie va nettement mieux. A trois jours de son entrée en lice aux Jeux olympiques 2021, prévue samedi à Tokyo, le perchiste français a donné des nouvelles rassurantes sur RMC.

"Ça va plutôt bien honnêtement. Quand je me suis fait l’entorse, j’ai eu peur de ne pas pouvoir participer aux JO. Ensuite, j’ai vu qu’avec beaucoup de travail, je pouvais être capable de me présenter. Les dernières semaines et les derniers jours ont été vraiment très intenses. J’ai réussi à bien sauter à l’entraînement, ce qui est déjà une très bonne chose. J’ai hâte d’être aux qualifications, même si je sais que ça va être dur. La cheville n’est pas réparée à 100%, mais elle va être capable de supporter des courses d’élan et, j’espère, le maximum de sauts possibles."

"Je suis prêt pour ce scénario-là"

Dans la chaleur de Tokyo, le Clermontois va tout de même devoir serrer un peu les dents. Sa nouvelle quête olympique passera par une bonne gestion de ses sensations. "Je ne vais pas l’oublier parce qu’il faut que je sois conscient du fait que ma cheville va être un peu plus faible que d’habitude, résume-t-il. Il faut que je sois vigilant parce que je ne peux pas me permettre d’avoir le moindre pépin dessus, au risque que ça s’aggrave. Mais sauter sur de la douleur, c’est quelque chose qui m’est déjà arrivé. Et puis, c’est les Jeux olympiques. Ça fait tellement de temps que j’attends d’être à cette compétition que je ne vais pas me prendre la tête avec ça. Il faudra que je donne tout, quoi qu’il arrive. Ça fait plusieurs semaines que je suis prêt pour ce scénario-là. On n’est jamais à l’abri de bonnes surprises. L’objectif est vraiment de tout donner et de faire en sorte que la cheville tienne bon jusqu’au bout. On a fait le maximum pour ça, avec le staff médical."

"J’arrive sans avoir rien à perdre"

A 34 ans, Lavillenie est conscient de ne plus être l’homme à battre sur le sautoir. Et ça lui convient plutôt bien. Après avoir décroché l’or à Londres en 2012 et l’argent à Rio en 2016, il espère repartir du Japon avec une nouvelle médaille autour du cou: "Je n’arrive plus en tant que grand favori. Le jeune Duplantis est l’ultra-favori de la compétition. Je me retrouve dans la peau du chasseur pour la première fois aux JO. C’est bien différent. Encore plus avec ma petite blessure d’il y a deux semaines. J’arrive clairement à Tokyo sans avoir rien à perdre. Tout ce que je vais pouvoir faire de bien sera du positif. En faisant le maximum pour aller chercher une troisième médaille olympique. Ça va être intense!"

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport