RMC Sport

JO de Tokyo: huis clos officialisé pour l’île d’Hokkaido et plusieurs nouvelles épreuves

Les autorités de l’île d’Hokkaido, située dans le Nord du Japon, ont obtenu des organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo d’organiser les épreuves du marathon, de la marche. Le huis clos a aussi été confirmé pour les matchs du tournoi de football prévus au Dôme de Sapporo.

Les JO survivront mais dans quelles conditions. Depuis jeudi soir, lors de l’annonce du huis-clos sur les Jeux olympiques au Japon (du 23 juillet au 8 août), les organisateurs avaient affirmé que certaines zones loin du grand Tokyo pourraient accueillir des spectateurs malgré la reprise de la crise liée au Covid-19 et le nouvel état d’urgence décrété dans la capitale. Vendredi, lors de la conférence de presse sur les tickets, annonce confirmée pour les sites de Fukushima, Miyagi, Shizuoka et Hokkaido. Revirement ce samedi annonce le journal Mainichi Shimbun.

Autorisé à accueillir un maximum de 10.000 personnes pour les matchs du tournoi olympique de football dans son célèbre dôme à la pelouse rétractable, Sapporo ne verra probablement aucun spectateur. Les autorités de l’île du Nord voient mal comment endiguer le flot de fans venus de Tokyo, placée sous état d’urgence.

Pas de public au Sapporo Dome

Face à un tel risque, les autorités locales d’Hokkaido ont demandé aux organisateurs de revoir leur position. Une demande acceptée selon le quotidien nippon. Lieu du marathon et des épreuves de marche, Sapporo n’aura donc vraisemblablement aucun spectateur de JO. Pour ces dernières courses, il a été demandé aux habitants de ne pas sortir pour prendre place le long du parcours.

"Tous les événements prévus à Sapporo se dérouleront sans spectateurs", a indiqué M. Suzuki, le gouverneur local, dans un communiqué. Le dirigeant y a notamment fait référence aux cinq matchs de football prévus dans la capitale de sa région.

Il a estimé que les restrictions mises en place par les organisateurs étaient insuffisantes et ne permettraient pas de limiter les déplacements de personnes depuis Tokyo, où le nombre de nouveaux cas progresse fortement.

Des sites avec du public au cas par cas

Avant Hokkaido, plusieurs autres sites olympiques avaient également vu leur programme bouleversé en raison de la crise sanitaire. Le comité d’organisation nippon avait ainsi demandé vendredi au public de ne pas se rendre sur le bord des routes pour suivre les épreuves de cyclisme et de triathlon.

Les compétitions se déroulant dans trois départements voisins (Chiba, Saitama et Kanagawa) seront aussi fermées au public, ont précisé ultérieurement les organisateurs.

Des épreuves prévues dans d'autres départements, dont Fukushima et Miyagi (nord-est) ou Shizuoka (centre) accepteront des spectateurs, mais de façon limitée. De la même manière, les sportifs font aussi face à ces annonces de dernières minutes.

Certains athlètes qualifiés pour les JO ont regretté le huis clos mais s’y adapteront tant bien que mal comme Benjamin Toniutti et les volleyeurs tricolores. D’autres, comme le tennisman Nick Kyrgios, ont même décidé de se retirer du tournoi olympique après l’annonce du huis clos.

JGL avec Morgan Maury depuis le Japon