RMC Sport

Les JO de Tokyo sans public étranger, "triste mais logique" pour Manaudou

Les organisateurs des prochains Jeux olympiques ont tranché, il n'y aura pas de public étranger à Tokyo en août prochain. Pas surprenant pour Florent Manaudou, qui a validé sa participation vendredi à Marseille.

Il n’y aura pas de public étranger cet été dans la piscine olympique de Tokyo. Les nageurs français jouent leur qualification à Marseille ce week-end et semblaient déjà s’être fait une raison. "Il faudrait que beaucoup de Français prennent la nationalité japonaise, ce serait bien pour nous, plaisante Florent Manaudou, qui disputera au Japon ses troisièmes Jeux olympiques. Plus sérieusement, c’est triste mais on voit tous les sports comme le foot, ou la NBA qui a été sous cloche, c’est un peu logique. C’est malheureux mais on fera comme on peut."

Vainqueur de l’or olympique à Londres en 2012, devant une large colonie de supporters français, deuxième à Rio, Manaudou estime qu’il sera difficile de "corrompre" les cœurs nippons pour les soutenirs: "Ça va être compliqué, ils sont très très droits les Japonais, sourit le Marseillais. Ils vont encourager les Japonais. Ce sera bien pour eux." Et le nageur tricolore se montre pragmatique: "C’est bien que l’on puisse faire notre sport, qui est aussi notre métier. Ça ne va pas être très fun, ce ne sera pas la fête comme d’habitude... c’est dommage mais c’est comme ça pour tout le monde."

" Si les Jeux sont maintenus, c’est le principal"

Champion olympique du 100m en 2008 et présent à Marseille ce week-end, Alain Bernard y voit finalement un mal pour un bien: "C’est forcément triste d’imaginer des sites sans spectateurs étrangers. Maintenant, si on doit choisir entre ça ou pas de Jeux, la plupart des athlètes et entraîneurs qui construisent leur projet olympique depuis des années comprendront et valideront le principe. Bien sûr que ça fera bizarre, mais vous savez, ces athlètes sont malmenés depuis plus d’un an. Pour certains, ils s’entraînent depuis une dizaine d’années pour construire ce projet olympique. Et à quelques mois, si on leur dit qu’ils doivent renoncer, que tout est annulé, beaucoup tomberont en dépression. Si les Jeux sont maintenus, c’est le principal."

Un crève-cœur pour les proches des nageurs qualifiés. A 20 ans, Yohann Ndoye Brouard s’est qualifié pour ses premiers Jeux olympiques sur le 100m dos et le 200m dos. Sa maman Vanessa aurait bien fait le déplacement. "Il va y aller, moi je le regarderai à la télé. Mais c’est pas grave, l’émotion elle sera là. Je me lèverai parce que ce sera dans la nuit et ce sera quand même du bonheur", confie-t-elle. Le fiston ne verra pas, comme il en a l’habitude sa mère dans les gradins. "L’avantage que j’ai avec ma mère entraîneur, explique Ndoye-Brouard, c’est que j’ai de la famille au bord du bassin. Avant chaque course, je vais la voir, on se fait un petit check ou juste un clin d’œil donc il n’y aura pas ce truc. Il n’y aura pas ma famille mais il y aura quand même du bruit dans la piscine, une émulation avant le départ donc ce sera bien."

J.Richard