RMC Sport

Mbuku: "Représenter la France aux Jeux olympiques, ce n’est pas donné à tout le monde"

Nathanaël Mbuku, attaquant du Stade de Reims, sera présent aux Jeux olympiques de Tokyo avec l’équipe de France (du 21 juillet au 7 août 2021). Le joueur de 19 ans se confie à RMC Sport avant de rejoindre Clairefontaine ce dimanche, pour le début du rassemblement avec les Bleus.

Nathanaël Mbuku, quelle a été votre première réaction après cette convocation en équipe de France de foot pour les Jeux olympiques de Tokyo?

Jusqu’à présent, je n’y crois pas trop. J’en ai parlé avec mes parents, eux aussi ils n’y croient pas. Représenter la France aux Jeux olympiques, ce n’est pas donné à tout le monde. Ça fait longtemps que l’équipe de France n’a pas été aux JO (1996, ndlr), c’est avec un très grand plaisir que je serai à Tokyo.

Ça récompense aussi votre belle saison dernière avec Reims?

C’est un plus, on va dire. En premier, il faut exceller en club. J’ai tout donné avec mon club la saison dernière. J’ai fait tout ce que je pouvais pour ramener des points à l’équipe. Oui, c’est une récompense d’une belle saison.

Vous avez dû avoir le sélectionneur Sylvain Ripoll au téléphone, comment ça s’est passé ?

J’étais en train de regarder le match de l’équipe de France et je reçois un appel d’un numéro que je ne connais pas. Je me suis dit: "C’est bizarre à cette heure-ci". Je réponds et j’entends que c’est le sélectionneur des Espoirs, Sylvain Ripoll. J’ai pris un coup. Il m’a ensuite expliqué que j’allais être sélectionné. J’étais très content. Mais pour mon père, tant que je ne suis pas monté dans l’avion, il ne veut pas y croire.

Mbuku: "Il faut remporter la médaille d’or"

Le sélectionneur a-t-il évoqué des objectifs pour cette compétition ?

Il faut remporter la médaille d’or. Il faudra se donner à fond pour ramener cette médaille car ce n’est pas tout le monde qui peut porter le maillot de l’équipe de France et qui peut représenter la France dans ce genre de compétition. Ça va me faire bizarre demain (dimanche), car avant j’étais à Clairefontaine pour l’école et j’y allais par la petite porte. Maintenant, je rentre par la grande porte.

Alors que plusieurs clubs ont refusé de libérer des joueurs, Reims a décidé de vous autoriser à aller à Tokyo...

En pleine préparation, des clubs ont refusé de libérer des joueurs. Et moi, mon club a accepté, heureusement. Je suis super content, je remercie mon club. Après, je ne sais pas comment se sont déroulées les négociations entre mon club et la FFF. Je sais juste que je serai à Tokyo.

Comment se déroule la préparation avec Reims et la découverte du nouvel entraîneur, Oscar Garcia?

Ça se passe bien, même si on court beaucoup. Mais c’est obligatoire, c’est la préparation. Le nouveau coach est top. Humainement, c’est quelqu’un de bien. Il y a une bonne cohésion d’équipe. Le coach va beaucoup vers les joueurs et nous met bien à l’aise sur le terrain.

Vous n'avez pas peur d’être absent du club pendant un mois…

Non, je n’ai pas peur. Je vais en sélection pour représenter l’équipe de France. Quand je rentrerai au mois d'août, je vais tout donner pour montrer au coach que je mérite ma place dans le onze, que je peux jouer. Ce sera à lui de faire ses choix.

Nicolas Pelletier