RMC Sport

Un Tour de France "exceptionnel" pour France TV en termes d'audience

Laurent-Eric Le Lay, directeur des sports de France Télévisions, était l'invité de BFM Business ce vendredi pour évoquer les bonnes audiences du Tour de France, mais aussi les Jeux olympiques et l'arrivée d'Amazon dans le monde du sport.

Quel est le bilan de ce cru 2021 du Tour de France pour France TV?

Il est exceptionnel, mieux qu’espéré. On peut toujours citer des chiffres, +10% par rapport aux deux dernières éditions. Ce qui est intéressant c’est que c’est le meilleur Tour de France en audience depuis 2011 et le meilleur en part de marché depuis 2006. Il y a vraiment eu cette année un effet Tour de France exceptionnel.

À quoi attribuez-vous ces très bons chiffres?

Il y a plein de raisons. Une raison toute simple: il ne fait pas très beau donc il y a peut-être plus de monde devant la télévision. Le Tour de France est aussi une épreuve qui est en permanente évolution. Les étapes sont différentes. Christian Prudhomme et ses équipes font très attention chaque année à la manière dont ils vont organiser le Tour de France, les étapes, les moments où il y aura de la montagne ou des bosses de manière à faire quelque chose qui intéresse le monde entier. Là on y retrouve un effet dans les audiences.

En dehors du parcours, y-a-t-il d’autres innovations chaque année?

C’est notre rôle. Il ne suffit pas d’avoir un événement, il faut le mettre à l’antenne. On fait plein d’innovations. Il y a des innovations qui se voient énormément, d’autres moins, comme le fait de faire toutes les étapes en intégralité. Ça a démarré il y a cinq ou six ans, c’est-à-dire qu’au premier coup de pédale, on diffuse toutes les étapes. Maintenant on est habitués, mais c’est quelque chose d’assez récent.

Quelles seront les nouveautés futures du Tour de France?

On travaille sur l’intelligibilité de la course, ce n’est pas toujours facile de reconnaître les coureurs. Déjà on arrive à les identifier grâce à des petites astuces techniques. On veut également beaucoup travailler sur le son pour essayer de comprendre et d’entendre ce qu’il se passe au sein du peloton. Bien évidemment il se passe plein de choses, pour l’instant on n’a pas un micro sur chaque coureur.

En définitive, combien de gens regardent le Tour de France en moyenne?

Pour l’instant il y en a 40 millions, ce qui est un million de plus que la moyenne. Beaucoup aimeraient avoir le titre d’événement le plus regardé au monde, mais ça fait partie des très grands événements sportifs internationaux. Peut-être que les JO sont un peu plus regardés.

Justement, avec l’absence de spectateurs aux Jeux olympiques (23 juillet-8 août), craignez-vous pour le spectacle et donc pour les audiences?

Notre rôle à France Télévisions va être de faire oublier le virus, la pandémie pour que le sport prenne sa place, l’émotion du sport prenne sa place et j’espère les joies qu’on aura tous grâce aux médailles françaises. C’est pour ça qu’on va là-bas: essayer de diffuser du mieux les Jeux olympiques. Je suis très optimiste, je pense que les gens vont regarder les Jeux. Les épreuves sportives, même si c’est à huis-clos, les gens regardent. Pour l’Euro, même lorsqu’il y avait des faibles jauges, il y a eu énormément de téléspectateurs.

Qu’est-ce que Roland-Garros a donné dans les audiences?

Le tennis reste un sport où quand il y a un événement extraordinaire, les gens regardent, à l’image de cette demi-finale d’anthologie (entre Nadal et Djokovic) qui en plus s’est prolongée tard le soir, c’était une première. Cela a aussi ouvert la porte pour la finale masculine. L’audience était légèrement supérieure, quelques pourcentages en plus, je n’ai pas le chiffre exact. 500.000 Français en plus ont regardé Roland-Garros cette année par rapport à l’an dernier sachant que le chiffre est de 33 millions. On a eu une demi-finale et une finale qui en terme de spectacle et d’audience on n’avait pas eu depuis très longtemps.

Êtes-vous prêts à garder Roland-Garros à tout prix même si Amazon gagne du terrain?

On va tout faire pour garder Roland-Garros. Si Amazon est prêt à faire un grand chèque pour essayer de garder Roland-Garros, je ne suis pas sûr que France Télévisons ait les mêmes moyens financiers. Le présidente Delphine Ernotte dit depuis quelques années que nos concurrents pour la fiction est Netflix, et Amazon pour le sport. Oui, évidemment cela nous inquiète à partir du moment où un acteur peut, parce qu’il a des moyens beaucoup plus importants que nous, décider d’acheter des événements sportifs que nous diffusons. En plus ils ne jouent pas avec les mêmes règles, le modèle d’affaire d’Amazon n’a rien à voir avec le modèle d’affaire d’une chaîne de télévision. On se retrouve dans un schéma de concurrence qui est différent.

JAu avec BFM Business