RMC Sport

ISL: non payés, l’agent de Manaudou et un dirigeant français allument le propriétaire

Jean-François Salessy, l’agent de Florent Manaudou et manager de l’équipe Energy Standard, et Hubert Montcoudiol, directeur des affaires commerciales, claquent de la porte de l’ISL en s’en prenant au milliardaire Konstantin Grigorishin, propriétaire de la compétition. Ils n’ont pas été payés.

Ils lâchent l’affaire. Deux Français, Jean-François Salessy et Hubert Montcoudiol, quittent l’ISL (International Swimming League), qui vit sa deuxième saison cet automne dans une bulle à Budapest (Hongrie), avec pertes et fracas. L’agent de Florent Manaudou et manager de l’équipe Energy Standard ainsi que le directeur des affaires commerciales de la compétition allument le milliardaire ukrainien Konstantin Grigorishin, qui a lancé l’ISL en 2019 en voulant "révolutionner" le monde de la natation avec une grosse dose de show et de stars. Aucun des deux n’a été payé.

"J'ai compris trop tard que je n'ai été engagé que parce que je suis l'agent de Florent Manaudou, explique Jean-François Salessy dans une lettre ouverte adressée à Konstantin Grigorishin, après avoir été séduit par ses promesses, notamment salariales, au début de l’aventure. Cependant, mon cas personnel reste secondaire. Cela illustre le fait que l'ISL est un iceberg avec une partie visible attrayante et un côté immergé bien plus sombre."

"Je suis un passionné de sport, j’aurais pu être bénévole si on me l’avait précisé, ajoute l’agent de Florent Manaudou. Mais je réserve mes actions caritatives pour que les pauvres le soient moins, pas pour que les riches puissent d’offrir des jouets coûteux. L'ISL est un bateau sans gouvernance, mais avec un seul actionnaire et des généraux sans pouvoirs. Vous pourrez argumenter que je n'ai pas trouvé de sponsors (j'en ai trouvé pour d'autres entre-temps, par ailleurs). Personne ne vous en a trouvé, que ce soit en France, en Europe, aux États-Unis ou ailleurs. Il est plus facile d'incriminer les vendeurs que le produit lui-même. Un procédé séculaire."

Du coup, Florent Manaudou se retrouve dans une situation assez particulière. Avec d’un côté son agent qui claque la porte de façon assez spectaculaire et de l’autre, une compétition dont il est une tête d’affiche et où il paraît s’épanouir. Son équipe s’est qualifiée pour la finale, le week-end prochain. Et les nageurs, eux, semblent être (bien) payés.

"Mon banquier commençait à se fâcher"

Hubert Montcoudiol, lui, envisage une action en justice contre l’ISL. "J'ai essayé une dernière fois de faire comprendre à Konstantin Grigorishin qu'il devait me payer car mon banquier commençait à se fâcher et que j'étais à bout financièrement..., raconte-t-il à RMC Sport. Il m'a dit que comme l’ISL n'avait pas généré beaucoup de revenus, c'était uniquement ma faute et j'étais donc puni ! Pas de salaire… Je lui ai rappelé les 350 présentations faites en 14 mois, les 18 villes approchées avec des dossiers de candidatures, les 148 pays couverts en diffusion et les innombrables meetings organisés avec des fonds, des responsables d'entreprises et des investisseurs."

"Me sortir en février, juin ou même octobre car il pensait que les résultats étaient insuffisants, je l'aurais accepté même si je ne suis pas d'accord du tout, indique le Français, déjà de retour à Paris après s’être exfiltré de la bulle hongroise. Mais il est inacceptable de ne pas payer le travail effectué ! Je ne suis pas le seul dans ce cas, il y en a beaucoup comme moi qui ne sont pas payés et qui se sont déjà plaints sur les réseaux sociaux."

Se sentant "trahi", Hubert Montcoudiol ne s’est pas méfié du fait de ne pas avoir de véritable contrat. "J'ai fait 100% confiance car c'est un homme très intelligent, avec une vision stratégique excellente. Et bosser avec ce style de personnes est très intéressant. La qualité de nos relations ne pouvait pas me laisser imaginer un tel traitement au final, une telle ingratitude après la masse de travail effectué et surtout un tel mépris de mes problèmes personnels dû à son comportement inacceptable…"

LP avec JRi