RMC Sport

Mondiaux de natation (50m papillon): Manaudou triomphe encore

Déjà titré la veille avec le relais 4x100m nage libre, Florent Manaudou a poursuivi sa fabuleuse entrée en matière aux Mondiaux de Kazan en décrochant l’or sur 50m papillon ce lundi. Son premier sacre en individuel en grand bassin.

"En finale du 50m papillon, tout est possible, il n’y a pas vraiment de favori, ni de spécialiste, c’est un peu la loterie", confiait Florent Manaudou ce dimanche. Le nageur du CN Marseille est donc un sacré veinard ou plutôt un grand bluffeur. Dans la ligne 4, le Marseillais, qui avait dominé les séries (23’’15) et les demies (22’’84) la veille, a décroché l’or (22’’97) ce lundi dans le bassin de Kazan, devant le Brésilien Nicholas Santos (23’’09), le Hongrois Laszlo Cseh (23’’15) et le Polonais Konrad Czerniak (23''15).

Cinquième en 2011 à Shanghai et huitième il y a deux ans à Barcelone dans cette catégorie, le Français de 24 ans, champion olympique du 50m nage libre et quadruple champion d’Europe en titre, a pris sa revanche pour s’imposer pour la première fois de sa carrière en individuel lors des Mondiaux en grand bassin.

"J'étais venu pour m'amuser sur le 50m pap', je ne me suis pas trop mis la pression, je me suis dit que c'était quand même l'épreuve pour m'amuser. C'est ma troisième finale mondiale sur cette épreuve donc je savais aussi comment la gérer. Je suis super content", lâche Manaudou à sa sortie du bassin. 

Le triplé dans la mire

Une première en solo mais une troisième couronne mondiale au total. Puisqu’après le sacre en Catalogne il y a deux ans avec le relais 4x100m nage libre, Manaudou avait de nouveau atteint le Graal dimanche sur la même distance avec ses comparses Mehdy Metella, Fabien Gilot et Jérémy Stravius.

Des débuts de Mondiaux en fanfare, donc, qui pourraient s’achever en apothéose. Vendredi (séries et demies) et samedi (finale), Florent Manaudou se jettera sur le 50m nage libre. Une épreuve sur laquelle il a nagée neuf fois sous les 22 secondes cette année. De quoi continuer de croire en sa bonne étoile… ou à son formidable talent.

Jérémy Bilinski