RMC Sport

Mondiaux de natation: la nageuse sauvée de la noyade par sa coach raconte son malaise

Anita Alvarez, nageuse américaine sauvée de la noyade par son entraineur Andrea Fuentes, mercredi lors des championnats du monde de Budapest, a raconté la scène à la télévision américaine.

Les images ont fait le tour du monde. Prises par des appareils positionnés sous l’eau, elles montrent la nageuse Anita Alvarez tomber inerte au fond du bassin après sa performance en natation synchronisée, mercredi lors des Mondiaux de natation à Budapest. Elles mettent surtout en scène Andrea Fuentes, son entraîneur, se diriger vers elle en nageant, après s’être jetée à l’eau pour la secourir et la remonter à la surface alors que les sauveteurs n’avaient pas réagi.

"Je me souviens de mon dernier mouvement de bras, si petit, si simple mais j’ai tout donné, puis j’étais en train de descendre (dans l’eau)"

Au lendemain de cet acte héroïque, la nageuse américaine a raconté ses derniers souvenirs avant son malaise. "Je me souviens que j’avais la sensation de faire vraiment une super performance, ma meilleure de loin, pas seulement sur la manière dont je performais mais surtout parce que je profitais et que je vivais le moment, explique, sur NBC, l’athlète qui a participé deux fois aux Jeux olympiques. Je me sentais vraiment heureuse et fière. A la toute fin, je me souviens du dernier mouvement de bras que j’ai fait. C’était mouvement de bras si simple, si petit mais j’ai tout donné et je me souviens être en train de descendre (dans l’eau, ndlr) et me dire: ‘oh, oh, je ne me sens pas super bien’. C’est la dernière chose dont je me rappelle."

Présente à ses côtés, Andrea Fuentes, son entraîneure/sauveuse, raconte son geste instinctif. "Dès que je l’ai vu descendre, je me suis tout de suite dit que quelque chose n’allait pas, a déclaré l’ancienne nageuse espagnole, quadruple médaillée olympique. J’avais l’impression d’être au ralenti. C’était rapide mais j’ai eu l’impression que ça durait une heure."

Anita Alvarez assure, elle, aller bien. "Je pense que j’ai été directement OK, confie-t-elle. Dès que j’ai respiré et que je me suis réveillée." Elle a d’ailleurs rappelé que son entraîneure l’avait déjà sauvée de la même manière lors d’une autre compétition.

NC