RMC Sport

Sun Yang, le nageur qui "pisse violet", risque une suspension à vie

Sun Yang

Sun Yang - AFP

Le Sunday Times révèle que le triple champion olympique chinois Sun Yang aurait détruit, avec son agent de sécurité, un échantillon de son sang à coup de marteau lors d’un contrôle antidopage inopiné à son domicile qui a dégénéré. Si la sulfureuse star chinoise n’a reçu que des mises en gardes de la FINA (fédération internationale de natation), il pourrait risquer une suspension à vie.

"Lui, il pisse violet", avait dit de lui Camille Lacourt aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Sun Yang, le nageur chinois triple champion olympique sur 200, 400 et 1500m à la carrière sulfureuse (suspendu 3 mois en 2014 après un contrôle positif à la trimétazidine), risque un bannissement à vie. Le Sunday Times rapporte un incident lors d’un contrôle antidopage inopiné effectué par l’IDTM (organisme chargé des contrôles antidopage dans le monde hors compétition basé en Suède) à son domicile dans la province de Zheijang en Chine le 4 septembre 2018.

Les contrôleurs, arrivés à 22h au domicile du nageur qui avait indiqué son créneau obligatoire d’une heure par jour sur le logiciel ADAMS entre 22 et 23h, ont dans un premier temps dû attendre une heure devant le domicile car le nageur chinois n’était pas présent. Arrivé à 23h, les contrôleurs ont pu effectuer une prise de sang. Les choses se sont compliquées lors du contrôle urinaire. Sun Yang a commencé à contester l’identité du chaperon chargé de contrôler visuellement la collecte de l’urine, arguant qu’il n’y avait pas suffisamment de preuve qu’il était un membre de l’organisme de contrôle.

Aucun échantillon d’urine n’a pu être prélevé alors que le nageur a à plusieurs reprises quitté la salle du contrôle sans surveillance pour aller uriner, rompant ainsi le protocole du test. Il est une heure du matin et Ming Yang, la mère du champion chinois, entre en scène en arguant qu’elle a des contacts dans la police qui vont venir vérifier l’identité de l’infirmière en charge du contrôle.

La fédération internationale de natation... donne raison à Sun Yang

Le médecin du nageur, Ba Zheng, lui aussi déjà suspendu suite à une affaire de dopage, débarque également au domicile du champion. Selon des témoins, Ming Yang aurait demandé à l’agent de sécurité de son fils d’aller chercher un marteau. Alors que les officiers en charge du contrôle étaient en ligne avec leur direction pour démêler le litige, ils ont entendu un bruit de verre cassé. Il s’agissait de l’échantillon de sang prélevé sur Sun Yang détruit à coup de marteau par Sun Yang et l’agent de sécurité.

Sun se serait ensuite saisi du carnet de notes du contrôleur qui consignait ces éléments pour le déchirer. A 3h15 du matin, Sun Yang et sa mère sont rentrés dans leur domicile. Le 3 janvier dernier, le panel antidopage de la fédération internationale de natation a statué sur ce cas. Et a donné raison à Sun Yang en ne lui donnant qu’une série de mises en garde, expliquant que dans cette affaire, "on ne saurait jamais la vérité"! L’Agence Mondiale Antidopage s’est en revanche saisie de l’affaire et pourrait la porter devant le tribunal arbitral du sport. Sun Yang pourrait risquer une suspension à vie.

Sun Yang contre-attaque

"Dans leur rapport d'inspection, les agents ont fait un faux compte-rendu des faits, et ont sciemment fabriqué l'information selon laquelle Sun Yang aurait enfreint le Code mondial antidopage", a fermement réagi dimanche dans un communiqué, l'avocat du nageur Me Zhang Qihuai. 

Il a confirmé le fait que le champion ne reconnaissait pas l'autorité des employés venus effectuer le contrôle en septembre dernier. Mais il n'a évoqué ni dispute, ni marteau, ni destruction de fiole. Par ailleurs, la Fina avait selon lui indiqué dans sa décision du 3 janvier que le compte-rendu de l'audience effectuée par la fédération devait rester "strictement confidentielle."

Julien Richard