RMC Sport

Argentine: pourquoi Maradona se passionne pour le rugby

Diego Maradona et Agustin Pichot (à gauche)

Diego Maradona et Agustin Pichot (à gauche) - AFP

Invité de Direct Laporte sur RMC ce lundi, Agustin Pichot, ancien demi de mêlée de l’Argentine et du Stade Français, est revenu sur le show de son ami Diego Maradona auquel il a assisté de très près puisqu’il était assis à côté de lui, dimanche lors de la victoire des Pumas face aux Tonga.

En une après-midi, Diego Maradona a mis le feu à la Coupe du monde de rugby. Présent dans les tribunes du stade de Leicester, il a jubilé pendant 80 minutes au rythme des essais des Pumas, qui se sont largement imposés face aux Tonga (41-16) ce dimanche. Ses célébrations en tribunes mais surtout dans les vestiaires en ont même fait l’un des moments forts de la compétition. Surtout quand il s’est mis à danser avec les joueurs argentins sur leur chanson de vestiaire, « La Mano de Dios » de Rodrigo, à sa gloire.

Ami de l’ancien n°10 argentin, Agustin Pichot était aux premières loges de ce show puisqu’il était assis à côté de Maradona. Et l’ancien génial demi de mêlée des Pumas et du Stade Français gardera un souvenir ému de cette « tornade » qu’il connait depuis plusieurs années. « L’équipe était très contente, on a passé un bon moment, a-t-il assuré dans Directe Laporte sur RMC, ce lundi. Le monde du rugby a vu l’effet Maradona. C’est un mec exceptionnel. Il a embrassé tout le monde. Il a fait le haka avec les Tongiens, c’était n’importe quoi ! Il comprend un peu les règles. Ce n’est pas un technicien mais il est au courant, on se parlait beaucoup durant ma carrière. »

« Il est déjà parti »

Désormais exilé à Dubaï, Maradona a le temps de s’intéresser à l’ovalie entre deux attaques contre les instances du football mondial. « Il aime beaucoup le sport : le rugby, le basket, le tennis et bien sûr tous les matches de football, énumère Pichot. Il ne fait que regarder du sport à Dubaï. » Son séjour en Angleterre en revanche a tourné court. « Il est déjà parti, c’est très intense », s’amuse Pichot. Mais il restera dans les mémoires.