RMC Sport

Après l'annulation de Leinster-Toulon, Lemaitre menace de ne plus engager le RCT en Coupe d'Europe

En raison d'un joueur testé positif au coronavirus, qui n'a pourtant pas fait le voyage en Irlande, Toulon a vu son match de Champions Cup contre le Leinster être annulé au dernier moment ce vendredi. Sauf surprise, le club varois devrait perdre sur tapis vert. Un scandale pour son président Bernard Lemaitre.

Bernard Lemaitre est en colère. Et pour cause: alors que le RCT devait affronter ce vendredi soir (18h30) le Leinster en huitième de finale de la Champions Cup, le président toulonnais a appris dans la journée, comme ses troupes, que le match était finalement annulé en raison d'un cas positif au coronavirus dans les rangs varois, détecté mercredi.

Le joueur concerné n'a même pas fait le voyage en Irlande, mais l'EPCR a jugé que plusieurs de ses équipiers devaient être considérés comme cas contact. Conséquence: match annulé, et surtout match probablement perdu sur tapis vert par Toulon. Un scandale pour son président.

"On est traités comme des kleenex"

"Mon sentiment? De la colère, du dégoût, a-t-il lancé au cours d'une conférence de presse téléphonique. On est un peu écœurés. On met tellement de soi-même dans la gestion d’un club. Se faire traiter comme ça surtout pour la deuxième fois consécutive, ça fait beaucoup. (...) On a reçu des recommandations extrêmement drastiques il y a deux jours. On les a observées à la lettre. A la rigueur, on aurait pu admettre après le cas positif de mercredi que l’on nous dise 'il y a un risque potentiel trop élevé, le match est annulé, ne vous déplacez pas'." Mais ce n'a pas été le cas.

Aussi, Bernard Lemaitre brandit la menace d'un boycott à l'avenir. "Je ne suis pas sûr que le RCT se réengagera en Coupe d’Europe, indique-t-il. Je verrai avec la Ligue comment les choses se profilent. Ce n’est plus une compétition qui nous motive. Pour ce genre de compétition, surtout avec un organisme qui postule pour la gestion d’une Coupe du monde des clubs, il faut une organisation hyper professionnelle. Il faut un dialogue avec la Ligue et les clubs français, à la mesure du poids que ces clubs représentent. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, ou pas suffisamment."

Et Lemaitre de rappeler l'épisode des Scarlets, quand en décembre, Toulon avait refusé d'affronter l'équipe galloise - qui avait enregistré un cas positif - et avait déjà eu match perdu. Pour un cas de Covid dans le camp d'en face, cette fois. "Cela fait deux fois que ça tombe sur le même club et pas sur n’importe qui: Toulon, peste le dirigeant. Un club qui a une certaine renommée. Il y a un arrière-fond désagréable. On est traités comme des kleenex. Je sais qu’il y a un passé. Il y a eu pas mal de polémiques entre l’EPCR et le RCT avec le président Boudjellal. Les deux sont toujours en procès. L’EPCR a perdu deux fois, une fois contre Monsieur Boudjellal et une fois contre le RCT. L’arrière-fond du climat n’est pas très sain..."

C.C. avec A.V.