RMC Sport

Champions Cup : tout est contre lui mais le Stade Français adore ça

Jules Plisson

Jules Plisson - AFP

Le Stade Français prépare son quart de finale de Champions Cup face à Leicester, dimanche (14h45), sans aucune pression alors que le club vient d’enchaîner une cinquième défaite de rang en championnat. Une situation qu’adore Gonzalo Quesada, sûr que son équipe puisera des forces dans cette adversité.

Il régnait une douce atmosphère ce mardi du côté du Stade Français. Sourires et petites blagues ont émaillé une conférence de presse tout en détente. Le rendez-vous hebdomadaire intervient pourtant trois jours seulement après une défaite à La Rochelle (21-18), la cinquième de suite en championnat, qui scotche un peu plus les Parisiens à une place de premiers non relégables très inconfortable. Et cinq avant le quart de finale de Champions Cup sur le terrain de Leicester, dimanche (14h45).

C’est justement parce qu’ils n’ont rien à perdre que les Parisiens avancent sereinement vers cette échéance qu’ils ne galvauderaient pour rien au monde. Lutte pour le maintien ou non. « Personnellement, j’adore ces scénarios, se délecte Gonzalo Quesada, le manager du club. J’adore ce côté adversité en étant douzièmes du championnat avec des stats catastrophiques au niveau des essais et des matches gagnés. Si on se compare avec eux, on ne doit avoir aucune stat en notre faveur. Tout est contre nous, c’est peut-être notre plus grande force pour dimanche. Même si notre confiance est entamée, on croit encore beaucoup en nous. »

Doumayrou : « Si on se qualifie, la Coupe d’Europe aura sauvé notre saison »

La tâche des Stadistes s’annonce très difficile face à un adversaire qui n’a perdu qu’un match à domicile (face à Sale) et qui avait déjà battu les Parisiens à ce stade de la compétition en 2007 (21-20). Cette saison encore, les hommes de Gonzalo Quesada se sont inclinés dans l’antre des Tigers, qu’ils ont déjà affrontés en poule. Des faits qui n’entament pas le moral des coéquipiers de Sergio Parisse, dont le grand retour à la compétition après un mois et demi d’absence explique en grande partie l’enthousiasme ambiant.

« Ils ne sont pas invincibles à domicile, nous non plus (quatre défaites), s’amuse le capitaine parisien dans un grand éclat de rire. Cette coupe d’Europe est un objectif, on aimerait bien la remporter un jour. On a la possibilité de le faire. Il reste trois matches où il faudra être bon mais il faut d’abord penser à ce match de dimanche. On est conscient qu’ils sont favoris. Mais on ira là-bas sans complexe, faire notre jeu. J’ai beaucoup de confiance en notre équipe. »

« Si on se maintient en Top 14 et qu’on arrive à aller en demi-finale de la Coupe d’Europe, on pourra dire que la Coupe d’Europe aura plus ou moins sauvé notre saison, conclut Geoffrey Doumayrou, centre parisien. Au moment présent, c’est le match le plus important à jouer mais il faudra en gagner quelques autres en championnat. »

NC avec LD