RMC Sport

Laporte : « Wilkinson, le Messi de Toulon »

Jonny Wilkinson et Bernard Laporte

Jonny Wilkinson et Bernard Laporte - -

Admiratif de son ouvreur anglais, auteur de tous les points ce week-end contre Leicester (21-15), Bernard Laporte s’est réjoui dans le Moscato Show du retour au plus haut niveau de Jonny Wilkinson avant le choc contre les Saracens en demi-finales de la H Cup, le 28 avril à Twickenham.

Bernard, on ne peut qu’être admiratif de Jonny Wilkinson après ce qu’il a fait contre Leicester…

Jonny a eu petit quart d’heure difficile, à l’image de l’équipe, mais après il s’est ressaisi. Il dit qu’il fait son métier (au pied), sauf qu’hier (dimanche), il a été à 100% de son métier, mais aussi dans l’occupation, défensivement. On a un Jonny de haut niveau, comme celui qu’il avait été avec l’équipe d’Angleterre, celui qui nous avait fait tant de mal au XV de France.

A 33 ans, on le retrouve au plus haut niveau…

Il fait une grosse saison, il est bien meilleur que l’an dernier. Il était sorti d’une Coupe du monde moyenne, il avait l’impression d’être parti par la petite porte. Il avait eu un passage à vide pendant quelques matches et avait donné le tir au but à Giteau, c’est dire... Cette saison il est tout entier au Rugby Club Toulonnais.

C’est aussi un joueur qui s’installe dans le rôle de capitaine…

Il est meilleur capitaine, il a su déléguer. Il voulait s’occuper des avants. Aujourd’hui, il intervient à doses homéopathiques. Ça lui a donné confiance d’être capitaine. Même s’il est introverti, il est devenu un élément, un homme important. Dimanche, il a été très, très bon. Wilkinson est important pour le RCT. Comme Messi au Barça.

Pour revenir sur le match contre Leicester, comment expliquer ce premier quart d’heure compliqué ?

On ne touchait pas le ballon, le défi était gagné par les Anglais. C’est la première fois cette saison qu’on est aussi peu bons en mêlée. On a été pénalisés six fois. On a eu du mal, ils étaient meilleurs que nous à l’impact. Il faudra rectifier ça, mais ils y ont laissé beaucoup d’énergie, ils se sont étiolés. Sur la durée, on a été plus constants.

A quoi s’attendre à Twickenham contre les Saracens ?

Jonny a la clé (rire). On a cinq ou six Anglais dans l’équipe, avant le match contre Leicester, je leur ai dit que je voulais que les Anglais soient heureux mais… les nôtres. Les Saracens, c’est complet, on va essayer de montrer qu’on mérite notre place en demies.

A lire aussi :

>> Boudjellal : « Un truc terrible »

>> Wilko envoie Toulon à Twickenham

>> Toulon veut mettre le feu aux quarts