RMC Sport

Angleterre-Nouvelle-Zélande: Espionnage-gate, épisode 2

Après les propos du sélectionneur anglais Eddie Jones sur une tentative d'espionnage supposée de la Nouvelle-Zélande lors d'un entraînement de l'Angleterre ce mardi, John Mitchell l'adjoint du XV de la Rose n'a laissé place à aucun doute ce mercredi en conférence de presse.

Le sélectionneur anglais Eddie Jones a déjà allumé la première mèche ce mardi, insinuant qu'on avait tenté d'espionner l'entraînement de l'Angleterre. Des propos répétés ce mercredi par John Mitchell, l'entraîneur de la défense du XV de la Rose et ancien sélectionneur néo-zélandais. 

Les All Blacks sont-ils les responsables de cette tentative? "Si c'est ce qu'ils veulent faire, s'ils veulent se préparer de cette façon, alors bonne chance à eux" a déclaré à la presse Mitchell, qui connaît bien son adversaire pour avoir été le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande lors de la demi-finale du Mondial-2003 perdue face à l'Australie, entraînée à l'époque, ironie de l'histoire, par Eddie Jones. Une déclaration qui sonne en tout cas comme une insinuation assez claire mais qui "n'inquiète pas vraiment" Mitchell. 

Une lumière rouge "suspecte" 

Depuis les propos d'Eddie Jones ce mardi, la polémique ne cesse d'enfler. Si le sélectionneur anglais a révélé qu'une personne a filmé l'entraînement des Anglais mardi depuis l'immeuble d'en face, il n'a toutefois pas accusé les All Blacks, laissant planer un léger doute sur les responsables, allant jusqu'à évoquer "un supporter japonais". Un doute désormais envolé. "Il y a tellement d'enjeux et de pression à ce niveau pour ne pas perdre de temps à chercher des gars derrière une caméra dans un immeuble", a de son côté ajouté John Mitchell, évoquant une lumière rouge "suspecte". 

"Le jeu évolue tellement, est tellement en mouvement que je ne vois aucun intérêt à espionner une équipe", a conclu Mitchell, mettant un peu plus la pression sur son adversaire. Cette caméra de la discorde enflamme déjà la demi-finale attendue entre l'Angleterre et la Nouvelle-Zélande ce samedi (10h) à Yokohama. Les doubles champions du monde en titre apparaissent une nouvelle fois comme l'équipe à battre. Devant les caméras du monde entier cette fois, la Nouvelle-Zélande voudra certainement prouver qu'elle reste bien la meilleure équipe du monde.

GL