RMC Sport

Coupe du monde 2023: Atcher mis à pied par le ministère des Sports

Claude Atcher a été mis à pied par le ministère des Sports ce lundi. Une décision qui fait suite à la publication d'une enquête et à sa mise en cause dans la gestion du personnel en marge de l'organisation de la Coupe du monde 2023 de rugby en France.

Un peu plus de deux mois après la parution d'une enquête choc sur les coulisses de l'organisation de la Coupe du monde 2023, Claude Atcher a été mis à pied à titre conservatoire. Une décision prise en accord avec la FFR et le CNOSF, les deux autres actionnaires du GIP.

Le patron GIP (Groupement d'intérêt public) France 2023 se voit reprocher une mauvaise gestion des équipes chargées de l'organisation de la Coupe du monde de rugby en France et notamment le climat toxique entre les salariés et son managment par la peur.

Le ministère attend les conclusions de l'inspection du travail

Le ministère avait pris connaissance "d'éléments préoccupants" et souhaitait "faire la lumière", insistant pour que "les conclusions de ces investigations lui soient transmises le plus rapidement possible" selon les mots rapportés par le quotidien sportif. Cette mis à pied de Claude Atcher, pierre angulaire de l'organisation de la Coupe du monde 2023, fait suite à la remise d'un rapport du comité d'éthique (le 18 août) auprès du ministère des Sports.

"A l’issue de la réunion tenue ce matin au ministère des sports en présence des trois membres fondateurs du GIP, la FFR, l’Etat et le CNOSF, ainsi que du président du GIP, les points suivants ont été actés: le président du GIP, responsable en matière de préservation de la santé et de la sécurité de l’ensemble des collaborateurs de cette structure, a notifié à M. Claude Atcher sa mise à pied à titre conservatoire avec effet immédiat, a confirmé l'entité gouvernementale via un communiqué. Pendant le temps nécessaire à la clôture de l’enquête menée actuellement par l’inspection du travail et jusqu’à la décision définitive qui découlera de la procédure disciplinaire. A ce titre, M. Claude Atcher ne sera plus présent ni actif, directement ou indirectement, au sein, au nom et pour le compte du GIP pendant toute la période de mise à pied conservatoire."

Une deuxième enquête menée contre Atcher

En attendant la résolution de cette première enquête, Claude Atcher sera remplacé provisoirement par Julien Collette, directeur général adjoint de France 2023, après ratification de cette décision par un conseil d'administration exceptionnel du GIP organisé vendredi.

"En complément, une mission conjointe de l’inspection générale des finances et de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche est déclenchée par l’Etat, a enchaîné le ministère des Sports dans son communiqué. Pour, d’une part, analyser l’existence d’éventuels manquements à la probité économique et financière ou de conflits d’intérêts et d’autre part, appuyer le GIP dans l’organisation de certains de ses programmes stratégiques."

Une autre enquête est actuellement menée afin de faire la lumière sur l'existence d'éventuels manquements de Claude Atcher autour de frais de VTC alors que le patron du GIP bénéficiait d'une voiture de fonction.

Atcher devant la justice en septembre

Dans une autre affaire, celle sur des soupçons de favoritisme autour du sponsoring du XV de France, Claude Atcher sera jugé à partir du 7 septembre en compagnie du président de la FFR Bernard Laporte, de Mohed Altrad, de Serge Simon et de Benoît Rover son associé au sein de la société Score XV. Claude Atcher sera jugé pour pour "recel d’abus de confiance", "abus de biens sociaux" et "travail dissimulé par dissimulation d’activité".

Selon les informations de RMC Sport, le patron du GIP a vainement tenté de faire décaler la date du procès dont l'ouverture est prévue un an tout pile avant le début de la Coupe du monde 2023 en France.

JGL avec Jean-François Paturaud