RMC Sport

Galles-France: Guirado et Picamoles ne veulent pas penser à leur dernier match

Le XV de France va défier le pays de Galles dimanche (9h15), en quart de finale de la Coupe du monde de rugby au Japon, à Oita, pour ce qui pourrait être le dernier match avec les Bleus du capitaine Guilhem Guirado et de son lieutenant Louis Picamoles. Revanchards, l’un et l’autre ne pensent qu’à la victoire.

Guilhem Guirado et Louis Picamoles achèveront leur carrière internationale après la première défaite ou à l’issue de la finale de la Coupe du monde de rugby, le 2 novembre. Les deux cadres de l’équipe de France ont fait savoir à leurs coéquipiers qu’il arrêteraient à l’issue du Mondial, avant de s’envoler pour le Japon. Hors de question cependant d’y penser maintenant, si près du dernier carré. Il y a un quart de finale contre le pays de Galles à jouer, et une demi-finale contre le Japon ou l’Afrique du Sud à aller chercher.

"Pour le moment, il n’y a rien de différent, a soufflé Picamoles. Pour ma part, je ne me pose pas la question que ça peut être le dernier dimanche. Je ne le prépare pas différemment, il n’y a pas de sentiment particulier. J’essaye juste d’en profiter. Je n’ai pas encore envisagé cette possibilité." Le frisson va venir. Il est prévu pour demain, dimanche, 9h15 en France. Les Bleus sont seulement focalisés sur la rencontre la plus importante, à savoir la suivante, et n’envisagent pas un seul instant une autre issue que la victoire.

Guirado: "Continuer sur la lancée"

Pas le temps de penser à soi, le capitaine Guirado préfère mettre ses états d’âme de côté. Il a des soldats à diriger.

"Comme Louis l’a évoqué tout à l’heure, j’ai toujours du mal à penser à ma propre personne, a expliqué Guilhem Guirado. Je pense toujours à l’esprit d’équipe avant tout. On verra ce qu’il en sera à l’issue du match. Je ne pense pas qu’il faille se préparer à ce genre de match en se disant qu’il faut le jouer comme le dernier. Parce que ce n’est pas ce qui doit rentrer en compte dans une préparation de match. Surtout quand on est capitaine et qu’on est le leader d’une équipe. Je pense qu’il faut penser collectivement. Sa propre personne, il faut toujours la mettre un peu de côté. Je ne pense qu’au collectif, à ce que l’on a fait durant quatre mois pour en arriver là. Et pour pouvoir aussi voir la suite de la compétition et continuer sur la lancée."

QM avec LD et JFP