RMC Sport

Fédération française de rugby: un déficit de 7,35 millions d’euros

À l'issue de son comité directeur, la Fédération française de rugby a fait état d'un déficit de 7,35 millions d'euros pour l'exercice 2017-2018, lié à des "événements exceptionnels".

7,35 millions d'euros. C'est le montant du déficit net pour l'exercice 2017-2018 dévoilé par la Fédération française de rugby (FFR) ce vendredi à l'issue de son comité directeur. Un montant justifié par des "événements exceptionnels" qui ont contribué à saler la note. "Le budget voté hors événements exceptionnels a été rigoureusement respecté avec un résultat de -0,25 million d'euros sur l'exercice annuel", s'est défendue la Fédération dans un communiqué.

Le projet de Grand Stade, l'organisation du Mondial en 2023 ou le licenciement de Guy Novès comme principaux facteurs

Quatre "événements exceptionnels" expliquent, selon la FFR, ce déficit important pour le premier exercice plein du président Bernard Laporte, élu en décembre 2016: l'arrêt du projet du Grand Stade, "salvateur et garantissant la santé financière" et qui oblige à des "provisions" (2,5 millions), l'organisation de la Coupe du monde des moins de 20 ans en juin dans une "stratégie de reconquête pour redonner à la France sa place sur la scène internationale", l'investissement pour obtenir l'organisation de la Coupe du monde 2023 et le licenciement du sélectionneur Guy Novès en décembre 2017, "une décision sportive assumée pour remettre le XV de France en ordre de marche". La FFR et Novès sont depuis engagés dans une procédure prudhommale, l'ex-manager toulousain contestant son licenciement pour faute grave.

Malgré ce déficit, le commissaire aux comptes certifiera "sans réserves" les comptes lors de la prochaine assemblée générale financière, assure la FFR.

Bernard Laporte a été élu en 2016 face au président sortant Pierre Camou, décédé en août dernier. Son début de mandat a été marqué par l'ouverture d'une enquête pour soupçons de favoritisme envers le président du club de Montpellier Mohed Altrad, devenu depuis le sponsor maillot du XV de France et avec lequel Laporte avait signé un contrat privé, auquel il a renoncé face à la polémique. Le dossier est toujours entre les mains du parquet national financier.

AFP