RMC Sport

FFR: Laporte se lance dans la course

Serge Simon et Bernard Laporte

Serge Simon et Bernard Laporte - AFP

Bernard Laporte a officialisé, ce mardi à Gaillac, sa candidature pour succéder à Pierre Camou au poste de président de la FFR. La prochaine élection aura lieu fin 2016.

C’est désormais officiel, Bernard Laporte est candidat à la présidence de la Fédération française de rugby, dont les prochaines élections auront lieu à la fin de l’année 2016. L’actuel entraîneur de Toulon a lancé sa campagne ce mardi à Gaillac (Tarn), où il a débuté en tant que joueur au début des années 1980. D’ailleurs le stade de Gaillac porte son nom. Mais ce mardi soir c’est à la salle des fêtes qu’il a entamé sa campagne. Devant plus de 300 personnes, il a expliqué son envie, donné des pistes de son futur programme et surtout échangé avec des présidents de clubs amateurs. Ceux-là même qui voteront pour élire le futur président de la FFR en décembre 2016.

Devant ses parents, ses amis, et aux côtés de Serge Simon, l’ancien joueur et président du syndicat des joueurs Provale et nouveau directeur de campagne de Laporte, ce dernier a passé plus de deux heures à expliquer, mais aussi à écouter. Ce mercredi, il rééditera l’expérience à Tyrosse, dans les Landes.

« Remettre l’équipe de France au centre du village »

« C'est ici que je suis devenu un homme de rugby, a-t-il déclaré. Ce rugby, le rugby de clocher, je le connais par cœur. La Fédération, c'est vous. Or aujourd'hui, ce n'est pas vous. Mon programme, c'est de vous rendre cette fédération et ne pas la laisser à trois ou quatre personnes à Marcoussis qui décident de tout ou de rien. »

Comme il l’avait fait ce lundi dans son émission « Direct Laporte » sur RMC, le technicien de 51 ans a réaffirmé les grandes lignes de son programme, rappelant notamment que Marcoussis, le siège de la FFR, était devenu « une forteresse imprenable, méprisante, sourde ». Laporte a également répété qu’il était opposé au projet de la construction du Grand Stade et qu’il comptait bien « remettre l’équipe de France au centre du village ».

la rédaction avec WT