RMC Sport

FFR : "Menaces", "mensonges", "milieu mafieux"... Laporte charge Camou

-

- - -

Bernard Laporte, candidat à la présidence de la Fédération Française de rugby, a dénoncé dans un entretien accordé au Figaro, les pratiques de son rival Pierre Camou, président sortant et candidat à sa succession.

A moins de trois mois de l’élection « présidentielle » du rugby tricolore (prévue le 3 décembre), le ton monte entre les deux principaux candidats, Bernard Laporte le challenger et Pierre Camou, président de la FFR depuis 2008, qui brigue un nouveau mandat, à 71 ans. La dernière salve est signée Bernard Laporte, dans un entretien accordé au Figaro. L’ancien sélectionneur de l’équipe de France (1999-2007) y dénonce les manœuvres et les pressions dont use son adversaire pour entraver la campagne.

A lire ici >> Présidence de la FFR : le programme de Bernard Laporte dévoilé

A lire ici >> Laporte: "Je vise la FFR pour changer les choses"

« L’époque des rois, de la dictature, est terminée ! », a ainsi clamé Laporte, dont deux soutiens ont remporté le week-end dernier les comités d’Auvergne et de la Réunion. Le candidat Laporte attaque frontalement son rival. « Pour un homme qui affirme avoir des valeurs… Le mensonge et les menaces, oui. Je ne partage pas les mêmes. Quand Pierre Camou appelle un président de côte Basque qui nous a donné procuration en lui disant qu’il n’oubliera pas, ne pardonnera pas, mais il se prend pour qui ? Menacer en permanence comme ils le font, c’est dingue. Le président sortant du comité de La Réunion a menacé un président de club qui votait pour nous de le retirer de la commission Dom-Tom ! Je suis content qu’il ait été viré par les électeurs. Ça me rassure. La démocratie existe toujours. Ce n’est pas la loi du plus fort qui l’emporte. »

« J’ai réussi à installer la démocratie »

S’il dénonce les pratiques du clan Camou, Laporte se réjouit d’avoir initié un processus démocratique dans un système cornaqué depuis des années. « J’ai gagné mon combat. Avant, il n’y avait jamais deux listes aux élections. Maintenant, c’est le cas. J’ai donc réussi à installer la démocratie dans ma fédération, estime Laporte. Quoi qu’il arrive, ce ne sera plus jamais comme avant. Il y aura désormais au moins une opposition au comité directeur de la FFR. »

A lire ici >> Toulon : mauvais recrutement, manque de professionnalisme… Bernard Laporte analyse le début de saison raté

Et Laporte de citer un autre candidat à la présidence, Alain Doucet, ancien secrétaire général de la FFR, et désormais opposant de Camou. « J’ai beaucoup d’estime pour lui et il le sait, confie Laporte. C’est un homme intègre qui se rend compte de beaucoup de choses désormais. Il est content d’être parti car, comme il me l’a dit, c’est un milieu mafieux. »

A lire ici >> Laporte : "Ça restera gravé à vie dans ma mémoire"

A lire ici >> Laporte et Toulon en larmes

la rédaction