RMC Sport

France-Angleterre : une promesse à tenir

Philippe Saint-André a annoncé la couleur : « On va battre l’Angleterre à Paris donc venez nombreux ! » Mais après le premier match amical perdu face aux Anglais (19-14), ce n’est pas forcément évident... Pourtant, le XV de France a de quoi frapper un grand coup à un mois du début de la Coupe du monde, ce samedi (21h).

Une ébauche d’équipe-type

Si l’équipe d’Angleterre se présentera au Stade de France avec l’artillerie lourde, pour ce second match amical face au XV de la Rose, Philippe Saint-André a également décidé d’aligner lourd. Et le XV de départ annoncé par le sélectionneur jeudi ressemble à une belle ébauche de son XV idéal. Il manque bien sûr le capitaine Thierry Dusautoir, blessé, mais pour le reste, c’est l’équipe, à une ou deux exceptions près, qui pourrait débuter le Mondial face à l’Italie le 19 septembre à Twickenham. En déclarant qu’on allait battre les Anglais, PSA a réussi un bon coup de com, mais il a également envoyé un message fort à son groupe. Il ne doute pas et a confiance en ses joueurs.

Des places à gagner

Ce second test face à l’Angleterre a un double enjeu. Certains joueurs ont encore l’occasion de gagner leur place dans les 31 et de ne pas faire partie des cinq recalés, même si tout est quasiment joué. En revanche, si PSA semble avoir une équipe type en tête, ce match face à l’Angleterre peut lui permettre d’entériner son XV de départ. Devant, si Guirado a de l’avance, les piliers Ben Arous et Slimani doivent marquer des points. En deuxième-ligne, Pascal Papé doit rassurer le staff sur son état de santé après avoir raté quasiment quinze jours de préparation.

En troisième-ligne, Louis Picamoles doit confirmer sa belle prestation pour prouver qu’il est redevenu indispensable. Mais c’est sûrement la charnière qui joue le plus gros. Tillous-Borde et Michalak ne doivent pas se louper et apporter des garanties au staff. En cas de contre-performance, Tillous-Borde, gêné par un genou douloureux, pourrait en faire les frais. Enfin, derrière, la paire Bastareaud-Fofana doit enfin convaincre. Voilà pourquoi les joueurs seront à 120%.

Du lourd pour se rassurer…

« On va battre l’Angleterre à Paris donc venez nombreux ! » Voilà les mots de Saint-André le week-end dernier. En revanche, le sélectionneur n’a pas parlé de spectacle. Il ne faudra donc pas forcément s’attendre à de grandes envolées. D’autant plus quand on regarde le XV de départ. Devant, la troisième-ligne sera plus massive. Exit les coureurs Nyanga et Ouedraogo. Place à du lourd avec Le Roux et Chouly. A la charnière aussi, le profil de Tillous-Borde est bien différent de celui de Parra. Enfin, avec Mathieu Bastareaud, PSA ressort son lance-roquette. Le sélectionneur semble voulait marquer au fer rouge les Anglais.

… un peu de folie pour rêver ?

Pour faire le spectacle, les ailiers, qui ont été beaucoup décriés le week-end à Twickenham, vont-ils briller au Stade de France ? C’est une possibilité. Avec Huget et Nakaitaci, on peut s’attendre à quelques numéros de solistes pour percer la défense anglaise. Mais l’objectif prioritaire sera de gagner, histoire d’envoyer un message à un mois de la Coupe du monde, mais aussi de rassurer les sceptiques…

Maxime Raulin