RMC Sport

France-Argentine: les Bleus ont un plan B en cas de météo difficile

Le XV de France commence sa Coupe du monde au Japon ce samedi (9h15, heure française), avec un duel déjà capital face à l’Argentine. Pour l’occasion, les Bleus ont travaillé tous les détails de la rencontre, y compris la météo et l’éventualité de jouer sous la pluie.

Le souvenir de la demi-finale 2003 perdue contre l’Angleterre et sous la pluie a visiblement marqué le staff de l’équipe de France. Alors adjoint de Bernard Laporte, Jacques Brunel a bien appris sa leçon et a prévu le coup ces derniers jours au moment de débuter le Mondial 2019 au Japon. Face à l’Argentine ce samedi (9h15, heure française), le XV de France jouera gros et devra l’emporter pour croire à une qualification pour les quarts de finale.

Et visiblement, les Bleus ont tout prévu ou presque pour ce duel tant attendu face aux Pumas, même les changements de météo. "L’avantage d’avoir été à la campagne à Fujiyoshida, c’est d’avoir pu s’entraîner plusieurs fois avec des conditions extrêmes au niveau de la pluie, avec même de l’orage, a confirmé Guilhem Guirado ce vendredi lors de sa conférence de presse, à la veille du premier match des Tricolores. C’était presque dangereux mais au moins cela nous a permis d’avoir un plan B."

Guirado: "Plutôt de bon augure"

En cas de victoire face à la sélection sud-américaine, le XV de France prendrait une belle option pour la qualification. Et quoi qu’on en dise, cette fois, rien n’a été laissé au hasard. Si le temps est au beau fixe, la titularisation de Romain Ntamack à l’ouverture pourrait être l’une des clés du match.

En cas de pluie, les Bleus devront utiliser leur plan B, à savoir un jeu minimaliste et s’appuyant sur une grosse mêlée. "On ne savait pas trop s’il allait pleuvoir ou pas, on partait dans l’inconnu. On s’est entraîné trois jours à Tokyo, trois jours avec un peu d’humidité mais quand même du beau temps, a poursuivi le capitaine français. Samedi, cela sera peut-être un peu plus nuageux mais je pense que l’on est prêt à faire face si jamais les conditions ne nous permettent pas de développer du jeu. C’est plutôt de bon augure. Quand je vous dis que l’on a vraiment préparé le match, on a pensé a beaucoup de choses. Cela reste un match de rugby et le ballon reste ovale donc on verra de quel côté il tombera."

Jean-Guy Lebreton